Cancer du sein : un combat exemplaire de la CFDT Grand Est (SH / 30 janvier 2024)

Publié le 05/02/2024

Du fait de leurs horaires décalés et de leurs conditions de travail, certaines salariées sont davantage exposées au risque de développer un cancer du sein. Une réalité méconnue qui a conduit des militants à s’engager sur cette question spécifique, en informant le plus grand nombre et en aidant les victimes à obtenir réparation.

Alertés par un nombre anormalement élevé de cancers du sein parmi le personnel soignant féminin soumis au travail de nuit et aux rayonnements ionisants, des militants de Moselle ont décidé de diffuser, dès 2018, une plaquette d’information dans les établissements de leur périmètre.

« Le but n’était pas de produire une nouvelle étude. La littérature est unanime : le cancer du sein peut être d’origine professionnelle », résume Lucien Privet, médecin référent de la CFDT, expert en pathologies d’origine professionnelle. Pour cette figure devenue la caution scientifique du groupe CFDT, « il s’agissait d’informer le plus grand nombre de salariées et d’accompagner celles qui souhaitaient faire reconnaître l’origine professionnelle de leur cancer ».

Réunions publiques d’information

Un travail syndical exemplaire qui a pris une nouvelle ampleur lorsque, début 2023, la Sécurité sociale a reconnu un premier cas de cancer du sein comme maladie professionnelle suite à l’action de la CFDT.
«Le cas de Martine pourrait faire jurisprudence, explique Brigitte Clément, secrétaire régionale, que ce soient pour les infirmières ou les autres corps de métier comme les personnels navigants.»

Avec des médecins et des experts, elle multiplie les réunions publiques d’information dans les centres sociaux et hospitaliers de la région. Trois ont déjà eu lieu depuis mai 2023, réunissant chaque fois une cinquantaine de participantes, et d’autres devraient suivre dans les prochains mois, l’idée étant cette fois de cibler les gros CHU, de Nancy ou Metz. «D’autres sections régionales CFDT nous signalent aussi des cas similaires, comme à Rennes; on nous demande d’intervenir au cours de journées de sensibilisation», poursuit l’infatigable militante.

À terme, la CFDT espère une actualisation du tableau des maladies professionnelles incluant le cancer du sein. Une porte pourrait s’ouvrir sur ce point au ministère de la Santé. «Notre action, ce n’est pas la reconnaissance pour la reconnaissance. Mais des salariées mieux informées pourraient limiter leur exposition aux risques ou tout simplement bénéficier d’un meilleur dépistage», conclut Brigitte Clément.
 
Le combat est loin d’être gagné. Une dizaine de dossiers sont suivis par ce « réseau » CFDT. Le Centre international de recherche sur le cancer, lui, estime à 1,3 % le nombre de cancers du sein en lien avec des risques professionnels…