déserts médicaux, la CFDT lorraine interpelle les parlementaires

Publié le 15/03/2011
Le Sénat vient de décider que les pénalités financières pour les médecins en zone de surdensité médicale qui refusent de prêter main forte à leurs collègues de déserts médicaux sont supprimées. Pour la CFDT, ce recul est inacceptable et compromet l'égal accès aux soins pour tous sur l'ensemble du territoire.
déserts médicaux, la CFDT lorraine interpelle les parlementaires
déserts médicaux, la CFDT lorraine interpelle les parlementaires
Le Sénat vient de décider que les pénalités financières pour les médecins en zone de surdensité médicale qui refusent de prêter main forte à leurs collègues de déserts médicaux sont supprimées. Pour la CFDT, ce recul est inacceptable et compromet l'égal accès aux soins pour tous sur l'ensemble du territoire.

 Le Sénat vient de décider que les pénalités financières pour les médecins en zone de surdensité médicale qui refusent de prêter main forte à leurs collègues de déserts médicaux sont supprimées. Pénalités d’un maximum de 3 000 € par an, comme le prévoit  la loi Hôpital patients santé et territoires (HPST) de 2009. Pour la CFDT, ce recul est inacceptable et compromet l’égal accès aux soins pour tous sur l’ensemble du territoire.

La CFDT s’était battue dans le cadre de l’élaboration de la loi HPST pour améliorer l’installation des professionnels de santé dans les zones qui manquent de médecins. La loi avait acté le principe d’une mesure incitative à partir de 2013. C’est cette mesure qui vient d’être supprimée.

Ce vote des sénateurs constitue une remise en cause préoccupante de la loi de 2009, pour lutter contre la désertification médicale de certains territoires.

La CFDT dénonce ce retour en arrière et demande que s’ouvre un débat public sur les difficultés réelles d’accès aux soins d’une part de plus en plus importante de la population. Il est temps que le principe d’un égal accès à des soins de qualité sur l’ensemble du territoire soit respecté. Cela passera par une meilleure organisation de l’ensemble de l’offre de soins. Cela passera aussi par l’instauration d’une régulation efficace de l’exercice libéral pour lutter contre la progression des déserts médicaux.

La CFDT rappelle au législateur que l’égal accès à des soins de qualité est un principe à valeur constitutionnelle. Nous avions interpelé les sénateurs de lorraine, aujourd’hui nous demandons aux députés de prendre leur responsabilité et de revenir sur cette décision.