« Vivre dignement chez soi »

Publié le 13/07/2012
Mobilisation au centre hospitalier de Pompey-Lay-Saint-Christophe, alors que deux équipes mobiles de consultation gériatrique et de soins palliatifs sont « menacées ».
« Vivre dignement chez soi »
« Vivre dignement chez soi »
Mobilisation au centre hospitalier de Pompey-Lay-Saint-Christophe, alors que deux équipes mobiles de consultation gériatrique et de soins palliatifs sont « menacées ».

© L'Est Républicain, Vendredi le 13 Juillet 2012 / Ouverture Région Lorraine

 

 

Ergothérapeute, infirmière, psychologue, diététicien, assistante sociale... Les personnels des deux équipes mobiles se mobilisent au nom des patients. Photo ER

Nancy. Une pétition a été lancée au sein du centre hospitalier de Pompey-Lay-Saint-Christophe (54), signée par plus de 160 personnels en un peu plus d'une journée. Une lettre ouverte a été diffusée auprès des familles...

Les personnels de l'équipe mobile de consultation gériatrique et de l'équipe mobile de soins palliatifs et d'accompagnement de l'établissement se mobilisent : « Ces deux services sont menacés », expliquent Nadine Daumas et Brigitte Gobert, représentantes Cfdt du personnel, en raison « d'un arrêt de leur financement par l'ARS ».

À l'heure des grands discours sur le maintien à domicile, les personnels de ces deux équipes (ergothérapeute, psychologue, diététicien, infirmière, assistante sociale) n'imaginent pas que puisse être mise en péril leur mission. « Ce serait une régression complète », plaident les deux représentantes syndicales. « On nous fait miroiter plein de choses sur les personnes âgées et on se retrouve confrontés sur le terrain à ce genre de situation insoutenable, sans prendre en compte ni les patients, ni leurs familles ».

Ce que les deux équipes veulent sauver, c'est « le droit pour les patients à plus de respect, le droit pour eux à vivre dignement chez eux ».

L'équipe mobile de soins palliatifs et d'accompagnement se déplace sur tout le territoire du Val de Lorraine, soit un secteur allant de Thiaucourt aux portes de Nancy.

En 2011, 130 patients en ont bénéficié : « Nous intervenons soit en continuité d'une hospitalisation, soit pour la retarder », expliquent les membres de l'équipe. « L'objectif, c'est le confort, la prise en charge de la douleur, l'accompagnement du patient, des familles... ».

Dommages collatéraux

Tout aussi pluridisciplinaire, l'équipe de consultation gériatrique a pris en charge plus de 300 patients en 2011. À la demande de médecins traitants souhaitant une aide sociale, psychologique ou autre, comme l'aménagement d'un intérieur afin de favoriser le maintien à domicile de personnes âgées fragilisées.

La disparition de ces services, « dans un secteur vieillissant », serait pour ces équipes « insoutenable ». Sans parler des dommages collatéraux, font-elles valoir : multiplication des hospitalisations, coût des structures d'accueil inabordable pour beaucoup, etc.

Lundi, les représentantes Cfdt du personnel seront reçues à l'ARS de Lorraine.