À la CAF, on veut du rendement

Publié le 12/07/2011
Parce qu'ils ne remplissent pas le quota de dossiers à instruire, quatre salariés de la CAF de Nancy attendent leur possible licenciement.
À la CAF, on veut du rendement
À la CAF, on veut du rendement
Parce qu'ils ne remplissent pas le quota de dossiers à instruire, quatre salariés de la CAF de Nancy attendent leur possible licenciement.

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 12 Juillet 2011 / Région

Quatre salariés de la Caisse d'allocations familiales de Nancy ont été, la semaine dernière, convoqués à un entretien préalable au licenciement. La direction leur reproche, leur « insuffisance de résultats », en d'autres termes, ils ne remplissent pas les quotas de dossiers à instruire par jour. Hier, l'intersyndicale, CGT-CFDT-FO a appelé à un nouveau débrayage d'une heure jusqu'à ce que les éventuelles sanctions de la direction tombent. Une quarantaine de salariés de la CAF sont descendus dans la cour entre 10h et 10h55. Les quatre personnes en question sont des jeunes salariés. « Ils sont en CDI depuis deux ans et demi », expliquent Pierre Nordemann, de la CGT. « L'objectif qui leur est assigné est de vingt-quatre dossiers à traiter par jour, ils ne sont qu'à vingt », poursuit sa collègue Magali Saltel (CGT). En jeu, donc, la titularisation des quatre agents à ce poste. « Nous sommes arrivés au terme des prolongations des stages probatoires. Notre principe est la polyvalence », rappelle Philippe Debié, directeur adjoint de la CAF.

Les syndicats se disent prêts à amplifier leur mouvement.

M.-O. N.