Des sentinelles pour les victimes

Publié le 21/12/2011
Au nom de la défense des droits des victimes du travail, la section CFDT des mineurs de fer de Lorraine a établi un QG provisoire à Abbéville-lès-Conflans. Objectif de la journée studieuse : former des sentinelles.
Des sentinelles pour les victimes
Des sentinelles pour les victimes
Au nom de la défense des droits des victimes du travail, la section CFDT des mineurs de fer de Lorraine a établi un QG provisoire à Abbéville-lès-Conflans. Objectif de la journée studieuse : former des sentinelles.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 21 Décembre 2011 / MMN /

 

 

Au cours de la journée de travail sur les maladies professionnelles, Henri Iwankowski (à gauche sur la photo) et François Dosso ont fourni aux participants documents et conseils utiles. Photo RL

Sur le front des maladies professionnelles, le syndicat national des mineurs CFDT a décidé de former « des sentinelles ». Dans cette optique, la section lorraine vient d'organiser une journée de vulgarisation médico-légale à Abbéville-lès-Conflans.

« L'objectif est de permettre aux militants d'être mieux armés face aux nombreux écueils qui se dressent devant les victimes du travail, précise François Dosso, l'un des intervenants. Les droits de ces victimes et de leurs familles sont régulièrement mis à mal. Trop de maladies professionnelles ne sont pas prises en charge en tant que telles. »

Qui plus est, un autre constat s'impose : « Beaucoup de salariés et d'anciens salariés, atteints par une pathologie provoquée par le travail, manquent d'informations. Que ce soit sur leurs droits ou sur les formalités à mettre en oeuvre pour obtenir des soins et/ou une indemnisation des préjudices qu'ils ont subis. Le rôle des sentinelles est donc de fournir des pistes à ces personnes. »

Au total, à Abbéville, une quarantaine de personnes ont répondu à l'invitation de François Dosso et d'Henri Iwankowski. La journée d'étude a été animée par le docteur Lucien Privet, ancien conseiller au ministère du Travail, et par Alain Scribe, chargé du suivi juridique des permanences CFDT de Conflans-en-Jarnisy.

Au cours d'un exposé de plusieurs heures, le médecin mobilisé a attiré l'attention des participants sur une réalité compliquant la donne de la prise en charge des maladies professionnelles. « Certaines pathologies comme les cancers de la vessie, du rein ou encore les BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive, N.D.L.R.) surviennent de très longues années après la cessation de l'exposition au risque », développe François Dosso. D'où la nécessité pour les participants d'obtenir au plus vite la révision des tableaux officiels listant les maladies professionnelles reconnues.

Recherche dossiers médicaux

Parallèlement, les membres de la corporation ont un autre cheval de bataille : obtenir l'accès aux différents dossiers médicaux. « Alors qu'ils doivent être conservés durant 50 ans, beaucoup de dossiers de la médecine du travail des anciens mineurs de fer semblent aujourd'hui introuvables », s'indigne Henri Iwankowski. Les syndicalistes tiennent à ces traces écrites comme à la prunelle de leurs yeux. Et pour cause : lesdits dossiers s'avèrent souvent déterminants dans le résultat des démarches engagées pour la défense des droits des salariés.

Alors, pour espérer retrouver les fameux documents médicaux, les participants de la rencontre abbévilloise ont décidé de questionner, par courrier, le Médecin inspecteur régional du travail et de la main-d'oeuvre (Mirtom).

Au passage, Henri Iwankowski a rappelé à la salle que les mineurs CFDT tenaient une permanence hebdomadaire rue Jean-Jaurès à Conflans. L'accueil est assuré chaque mardi, de 8 h 30 à 11 h 30.

Y. P. Contact : permanenceà Conflans-en-Jarnisydes mineurs de fer CFDT au 03 82 33 05 20.