Grève à Eiffage Thermie Grand Est

Publié le 22/05/2012
Paiement des déplacements et augmentations au coeur des revendications
Grève à Eiffage Thermie Grand Est
Grève à Eiffage Thermie Grand Est
Paiement des déplacements et augmentations au coeur des revendications

© L'Est Républicain, Mardi le 22 Mai 2012 / Nancy

 

Les grévistes de Eiffage Thermie

C'EST CARRÉMENT une première nationale, cette grève dans le groupe de travaux public et de construction Eiffage. Une première qui se déroule dans la filiale énergie du Grand Est, Eiffage Thermie, entreprise de deux cents salariés, cadres, et Etam, qui s'occupe plus particulièrement de chauffage, climatisation et piscine.

Un petit retour en arrière pour peut-être expliquer ce mouvement de grève qui touche le siège social situé à Pulnoy, et suivi par une quarantaine de salariés.

Eiffage Thermie grand Est a été créée le 1er janvier 2011, réunissant au sein d'une même société plusieurs unités de génie climatique de la direction régionale Est d'Eiffage Energie anciennement Forclum, et la société Crystal Est ayant rejoint Eiffage en 2010.

Les personnels en grève se plaignent essentiellement, pour les personnels chantier des nouveaux découpages de zones et des frais de déplacement qui n'en tiennent pas compte selon eux. Ils veulent le paiement des heures de déplacement et du panier. Ils réclament aussi des augmentations pour les apprentis et se sentent lésés de ne pas avoir eu de participation depuis trois ans. D'après Patrick Roesch, délégué syndical CFDT, des réclamations ont eu lieu, mais sont restées sans suite.

Alors ce lundi 21 ils ont décidé de débrayer.

M. Domalaga, directeur de l'établissement Eiffage Thermie Grand Est précise que la société se trouve dans un marché très dynamique qui a nécessité une organisation des différentes composantes de la société et une harmonisation les différents modes de fonctionnement. Par ailleurs la société qui affiche un carnet de commande de plus d'un an d'avance, ce qui est rare dans le bâtiment, embauche du personnel, du technicien à l'ingénieur.

Des accords ont été signés suite à un dialogue permanent avec les organisations syndicales, par toutes les parties. « Il est naturel que le personnel soit inquiet, c'est notre rôle de les rassurer ». Une réunion devait avoir lieu pour aplanir les difficultés.