Grèves et manifestations aujourd'hui

Publié le 11/10/2011
Les mouvements sociaux prévus aujourd'hui devraient être diversement suivis en Meurthe-et-Moselle, car ni la CFDT, ni Force Ouvrière, ni des syndicats enseignants comme la FSU, n'appellent à cesser le travail dans le département.
Grèves et manifestations aujourd'hui
Grèves et manifestations aujourd'hui
Les mouvements sociaux prévus aujourd'hui devraient être diversement suivis en Meurthe-et-Moselle, car ni la CFDT, ni Force Ouvrière, ni des syndicats enseignants comme la FSU, n'appellent à cesser le travail dans le département.

© L'Est Républicain, Mardi le 11 Octobre 2011 / 24 heures Meurthe-et-Moselle

 

 


« Nous n'appelons pas à la grève car il n'est pas sûr que les salariés soient prêts pour cela. Il s'agit d'un jour de semaine. Qui plus est, la proximité de grandes échéances électorales amène les salariés à être plutôt attentistes. Ils se projettent dans la phase d'après les élections, et c'est dur de mobiliser les gens sur des actions syndicales quand ils sont davantage sensibilisés à l'action politique, comme le succès des primaires socialistes l'a montré avant-hier », analyse Denis Hassler, secrétaire départemental de la CFDT.

Le syndicat demande tout de même à ses sympathisants de distribuer massivement des tracts sur « les réponses à apporter à la crise ». La FSU, de son côté, appelle à manifester aux côtés des grévistes, à 14 h 30, place Stanislas, et organise même un « flash mob » (mobilisation éclair), à 18 h, place Maginot, « contre les suppressions de postes et la stagnation des salaires ».

La CGT en tête

Les grévistes meurthe-et-mosellans seront donc principalement issus des rangs de la CGT et des syndicats SUD et Solidaire. « Les appels à la grève se multiplient chez les cheminots, au CHU, dans la métallurgie, aux impôts ou encore dans le secteur de l'énergie », assure Pascal Debay, secrétaire départemental de la CGT.

Les manifestants attendus à 14 h 30 place Stanislas défileront « contre la dictature des marchés financiers et pour une campagne salariale. Une des solutions de sortie de crise se trouve dans la hausse du pouvoir d'achat, grâce à une revalorisation des pensions de retraite et une augmentation des salaires du public et du privé », poursuit Pascal Debay, qui place cette journée dans la poursuite des mouvements entamés chez Mory Team, à Ludres, ou chez Sovab, dans le Pays haut.

Les ouvriers de cette usine Renault relativement performante sont en grève depuis le 3 octobre pour obtenir des augmentations de salaires. « On va entrer dans la période des négociations annuelles obligatoires sur les salaires, et il n'est pas exclu que la situation devienne conflictuelle dans pas mal d'entreprises », assure le leader de la CGT en Meurthe-et-Moselle.

Le syndicat pourra compter ses troupes aujourd'hui.

Philippe MERCIER

phmercier@voila.fr