Le bénévolat cherche sa place dans la société

Publié le 07/07/2011
« J'ai voulu me mettre au service des autres. Ça a donné un sens à ma vie. »
Le bénévolat cherche sa place dans la société
Le bénévolat cherche sa place dans la société
« J'ai voulu me mettre au service des autres. Ça a donné un sens à ma vie. »

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 07 Juillet 2011 / MMN /

 

La dixième assemblée générale des syndicats de retraités Trois frontières LCGB-CSC-CFDT a donné lieu à des échanges sur l'avenir des bénévoles. Photo RL

 

La dixième assemblée générale de l'association des retraités Trois frontières LCGB-CSC et CFDT, qui réunit des Français, des Luxembourgeois et des Belges, a donné lieu à des échanges sur le thème du bénévolat. Un sujet d'actualité puisque la Commission européenne a déclaré l'année 2011 Année européenne du bénévolat-volontariat.

Christian Trarbach, secrétaire de l'Union locale des retraités de Longwy, est revenu sur son parcours en tant que syndicaliste. « À l'âge de 14 ans, j'ai commencé à militer au sein de la jeunesse ouvrière chrétienne... J'ai continué à l'usine et ai adhéré à la CFDT. » Un bénévolat qu'il a poursuivi au sein du Comité catholique contre la faim (CCFD) à sa retraite. L'homme explique son engagement pour les autres, que beaucoup de personnes lui disent d'ailleurs ne pas comprendre : « On me dit que ça ne me rapporte rien. Je réponds que je trouve des satisfactions autres que financières. » Un témoignage qui résume bien l'implication de nombreuses personnes bénévoles.

Mais face au développement du volontariat, les syndicalistes se demandent si par cet intermédiaire, certains n'essaient pas de « remplacer des emplois normaux par des emplois précarisés ? » La question se pose au niveau européen : « S'agit-il de casser les statuts de travail à durée indéterminée ? »

« Des comportements porteurs de progrès »

Pierre Saint-Mard a développé le thème du bénévolat et du volontariat et a posé la question suivante : « Peuvent-ils menacer la situation de l'emploi ? » Il y a aussitôt répondu : « Oui, si le recours systématique ou intensif de personnes bénévoles ou volontaires est effectué sans réflexion ni concertation de la part des responsables. Les situations financières des associations ne permettent pas toujours l'emploi de personnes rémunérées à des taux normaux. »

À l'invitation de François Mentz, responsable pilotage de l'URR de Lorraine (Union régionale des retraités de Lorraine) et de la section CFDT de Longwy, Nathalie Griesbeck, député européenne, a poursuivi le débat sur la place du bénévolat en Europe. L'occasion de rappeler que « le bénévolat ou le volontariat sont des comportements porteurs d'un progrès social dont l'humanité a besoin », comme l'a si bien dit Pierre Saint-Mard. La prochaine assemblée générale aura lieu l'année prochaine au Luxembourg.