Les mineurs se préparent à remonter sur Paris

Publié le 04/03/2010
Face à un décret remettant en cause la gratuité des soins pour les affiliés du régime minier, la contestation s'organise. À l'image de la CFDT, les syndicats appellent à manifester le 17 mars à Paris.
Les mineurs se préparent à remonter sur Paris
Les mineurs se préparent à remonter sur Paris
Face à un décret remettant en cause la gratuité des soins pour les affiliés du régime minier, la contestation s'organise. À l'image de la CFDT, les syndicats appellent à manifester le 17 mars à Paris.

Le Républicain Lorrain, Jeudi le 04 Mars 2010 / MMN /
 

 

Hier matin, si les affiliés du régime minier n'ont pas caché leurs inquiétudes, tous ont réaffirmé leur détermination à défendre leurs droits.

Les effectifs baissent et l'inquiétude ne fait qu'augmenter. Chaque année, au niveau national, le régime minier enregistre une perte de 5 à 7 % d'affiliés. En 2004, ils étaient encore 250 000. Pour cause de décès, ils ne sont plus que 200 000 aujourd'hui.

Toujours à l'échelle française, la moyenne d'âge desdits affiliés est de 73 ans. Concernant le secteur de Jarny et de ses environs, elle atteint même les 78 ans. Pour tous ces mineurs, épouses et veuves, avoir accès à un dispositif de santé à la mesure de leurs besoins est une nécessité.

Jusqu'à présent, la gratuité des soins leur était acquise. Plus précisément depuis 1946, date de la création de la sécurité sociale minière. La donne vient de changer et la pilule est dure à avaler. Qui plus est, bon nombre d'affiliés sont dans le flou total concernant leurs droits. Alors, pour aider ses adhérents à y voir plus clair, la CFDT vient d'organiser une réunion d'information au foyer Guy-Môquet de Jarny.

Responsables locaux du syndicat, Jean Wurtz et Édouard Kowalewski ont accueilli une cinquantaine de personnes en quête de réponses précises. Successivement, Louis Losson, administrateur de la caisse autonome nationale (CAN), Roger Sauer, président de la Carmi de l'Est, et Luc Meichelbeck, secrétaire général de la section régionale des mineurs CFDT, ont tenté de leur en apporter.

D'entrée, les intervenants ont joué carte sur table : « Par un décret du 31 décembre 2009, le gouvernement a supprimé le remboursement par la Carmi des prestations prévues au titre de l'article '2.2.b'. Il s'agit notamment des transports vers les spécialistes (kinésithérapeutes, ophtalmologiste...), et de l'arrêt de la prise en charge des déplacements et de l'hébergement pour les cures ».

Le décret en question est volontiers qualifié de scélérat. Pour autant, la fatalité n'est pas de mise : « Le régime minier a encore de l'avenir, à condition toutefois que tout le monde se serre les coudes ». Tout l'enjeu des réunions, actuellement organisées par les différents syndicats de mineurs est là : mobiliser pour limiter la casse.

La rencontre d'hier n'a pas échappé à la règle. Elle a incité les personnes présentes à participer massivement au mouvement de contestation prévu le 17 mars à Paris, avec l'ensemble des fédérations nationales de mineurs.

Pour ce rassemblement parisien, les revendications sont claires : « Une revalorisation conséquente et immédiate des retraites minières ; la gratuité des soins et l'abrogation du décret du 31 décembre 2009 ; la garantie d'emploi pour les personnels du régime minier avec le maintien de la convention minière. »

De son côté, la CFDT a d'ores et déjà prévu de mettre des bus à la disposition du plus grand nombre. Les inscriptions sont à prendre avant le 12 mars au 03 87 04 71 75.