Mécontentement : manif à la tronçonneuse

Publié le 20/03/2012
400 ouvriers de l'ONF dans les rues de Nancy hier après-midi.Et six tilleuls abattus sous les fenêtres de la direction territoriale.
Mécontentement : manif à la tronçonneuse
Mécontentement : manif à la tronçonneuse
400 ouvriers de l'ONF dans les rues de Nancy hier après-midi.Et six tilleuls abattus sous les fenêtres de la direction territoriale.

L'Est Républicain, Vosges Matin,  Mardi le 20 Mars 2012

 

Six arbres de la Place d'Alliance à Nancy ont été coupés par les forestiers en colère.

(Photos Patrice SAUCOURT)

Chasuble fluo, casque et tronçonneuse à la main, pour certains, des centaines d'ouvriers de l'ONF (Office national des forêts) défilent dans les rues de Nancy en rangs serrés. Si on entend bien le moteur des engins, le défilé reste bon enfant. Il n'est pas encore 11 h. Les « smicards des bois » ont pour l'heure de bonnes raisons de rester optimistes car l'appel à la grève lancé par l'intersyndicale CGT-CFDT-FO a été massivement suivi. Sur les 1 000 ouvriers de l'ONF de la grande région, ils sont 400 (selon la police et les organisateurs) à avoir rejoint la place d'Alliance en début de matinée, juste sous les fenêtres de la direction territoriale de l'ONF du Grand Est. Mais la manifestation dégénérera en fin d'après-midi après le refus de la direction de recevoir une deuxième fois la délégation des manifestants.

L'indignation des riverains

Un groupe de forestiers a en effet tenté de forcer le cordon de gendarmes mobiles qui protégeaient le bâtiment. Durant ce moment confus, des oeufs ont été lancés sur les forces de l'ordre qui ont dispersé les manifestants à coup de gaz lacrymogène et interpellé deux d'entre eux. En « représailles », un des manifestants armé d'une tronçonneuse s'est attaqué aux tilleuls de la place. Assisté par deux autres manifestants, il est parvenu à en abattre six en moins de deux minutes (14 secondes par arbre !) Cette fois, c'est la Bop (brigade d'ordre public) qui a dû intervenir pour disperser les forestiers. Le spectacle des arbres abattus a aussitôt suscité l'indignation des riverains. Et la gêne de quelques organisateurs « conscients » de l'impact sur l'opinion « de ce dérapage ».

La tension n'a commencé à monter qu'à partir de midi alors qu'une délégation venait d'être reçue. Après un pique-nique sur la place d'Alliance, les forestiers ont déambulé dans les rues de Nancy sans itinéraire déterminé, ni d'idées précises sur les « actions » qu'ils comptaient mener. Mais encadrés de près par la police pour éviter tout débordement. La circulation en centre-ville a été fortement perturbée.

Quatre manifestants étaient interpellés en fin de journée. Le préfet de Meurthe-et-Moselle qui condamne ces « actes inqualifiables et incompréhensibles de la part de d'agents dont la mission est de protéger la forêt » annonce des poursuites judiciaires. Échange entre un policier de la BOP et un manifestant : « Vous savez que cette place est classée. On ne touche pas au patrimoine ! » « Et nous, on nous classe dans quelle catégorie ? »