Nouveaux licenciements à la Caf

Publié le 06/01/2012
Après quatre départs en juillet, trois nouveaux personnels de la Caf sont convoqués en entretien mardi. Les syndicats dénoncent cette politique.
Nouveaux licenciements à la Caf
Nouveaux licenciements à la Caf
Après quatre départs en juillet, trois nouveaux personnels de la Caf sont convoqués en entretien mardi. Les syndicats dénoncent cette politique.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 06 Janvier 2012 / MMN /

 

 
Moins de six mois après, les syndicats de la CAF remettent ça. Un nouveau 'geste' de grève aura lieu mardi prochain dans les locaux de la Caisse, à Nancy. Les trois organisations représentées, CGT, CFDT et FO, dénoncent trois nouvelles procédures de licenciement. Trois personnes en formation pendant un an et demi devraient partir pour insuffisance professionnelle. Elles ont reçu leur convocation à un entretien préalable le 31 décembre.
Objectifs « irréalisables »

En juillet dernier, la CAF, organisme privé avec une mission de service public, avait déjà licencié quatre personnes. Trois sont allées aux prud'hommes.

La direction de la Caisse d'allocations familiales reproche aux trois personnes convoquées mardi de ne pas tenir les objectifs fixés, à savoir 28 dossiers traités par jour. « Des techniciens confirmés atteignent à peine la trentaine », dénoncent les représentants syndicaux. Mais ils estiment que règne à la Caisse une pression pour tenir des objectifs « irréalisables ».

Depuis plusieurs années, des techniciens-conseils sont embauchés en CDI, par vague d'une vingtaine, avec une formation à la clé. Une nouvelle promotion de seize personnes (au lieu de 22 attendues) a commencé sa formation cette semaine. Elle ne durera qu'un an. « Comme il n'y a pas assez de monde, des CDD, non formés, ont été embauchés », regrettent les représentants syndicaux. Ils demandent que leurs trois collègues soient maintenus à la CAF. « Autant les garder, ce n'est pas l'occupation qui manque ! »

La Caisse de Meurthe-et-Moselle a trois semaines de retard dans le traitement de ses dossiers.

Elle a pourtant reçu l'aide de deux autres Caisses pour essayer d'écluser le stock en retard. Les allocataires mécontents se plaignent et l'ambiance dans les bureaux deviendrait difficilement supportable. Certains démissionnent, expliquent les trois syndicats.

Mardi prochain, ils appellent à 55 minutes de grève, avec une assemblée générale. Ils espèrent obtenir une adhésion suffisante du personnel pour poursuivre le mouvement.

Julien Bénéteau.