Social fonderie de villers-la-montagne : les syndicats assignent la direction au tribunal

Publié le 13/06/2009
Les syndicats FO et CFDT de FVM technologie de Villers-la-Montagne ont déposé plainte contre leur entreprise, hier au tribunal de Briey, pour non-respect des accords salariaux de 2008.
Social fonderie de villers-la-montagne : les syndicats assignent la direction au tribunal
Social fonderie de villers-la-montagne : les syndicats assignent la direction au tribunal
Les syndicats FO et CFDT de FVM technologie de Villers-la-Montagne ont déposé plainte contre leur entreprise, hier au tribunal de Briey, pour non-respect des accords salariaux de 2008.

Une deuxième réunion de négociations salariales s’est tenue à la Fonderie de Villers-la-Montagne, mercredi. Lors de la première séance, le 28 mai dernier, les salariés avaient attiré l’attention de leur direction sur leur non-respect des accords salariaux de 2008 (lire RL du 2/06). «A chaque négociation annuelle, les responsables de l’entreprise doivent présenter le bilan de l’année précédente, explique Daniel Collignon, délégué syndical FO. En 2008, nous avions signé une augmentation individuelle de 0,70 % (hors ancienneté). Lors de la réunion, nous avons appris que le pourcentage était finalement ramené à 0,09 %. Il était évident que nous ne pouvions pas évoquer l’année 2009 sans que ce problème soit résolu ». Mercredi, syndicats et direction se sont à nouveau retrouvés. «D’entrée, les responsables ont décidé de ne pas payer l’augmentation de 2008, stipulant au passage, que pour cette année, il n’y aurait rien du tout, sauf celle signée au niveau de la chambre patronale de Meurthe-et-Moselle et qui concerne l’ancienneté. »

Hier, les syndicats FO et CFDT, par l’intermédiaire de leur avocat Me Bruno Codazzi, ont porté plainte au tribunal de grande instance de Briey pour non-respect des accords signés le 15 avril 2008. «La direction s’est exprimée sur les difficultés du groupe. Mais à aucun moment n’a dénoncé ces accords, ils doivent donc êtres appliqués », explique Me Codazzi.
Cette assignation au tribunal laisse perplexe Patrick Bellity, directeur général du site FVM et du groupe Arche : «Les bras m’en tombent. On ne sait même pas si on sera encore là l’année prochaine, vu la situation actuelle. Une chose est sûre, on fera attention pour les prochains accords. »

E. P.
Publié le 13/06/200 (Région)