Social L'intersyndicale de Meurthe-et-Moselle promet une mobilisation de grande ampleur

Publié le 04/09/2010
« Retraites : rien n'est joué ». « D'APRES LES SYNDICATS d'entreprise, la mobilisation sera très forte », assure Pascal Debay.
Social L'intersyndicale de Meurthe-et-Moselle promet une mobilisation de grande ampleur
Social L'intersyndicale de Meurthe-et-Moselle promet une mobilisation de grande ampleur
« Retraites : rien n'est joué ». « D'APRES LES SYNDICATS d'entreprise, la mobilisation sera très forte », assure Pascal Debay.

© L'Est Républicain, Samedi le 04 Septembre 2010 / 24 heures Meurthe-et-Moselle 


 
Les responsables syndicaux affichent un discours commun. Photo Patrice SAUCOURT 

Le responsable départemental de la CGT et ses pairs de la CFDT, CFTC, CGC, FO, FSU, Solidaires et UNEF en sont convaincus, il y aura du monde dans les rues de Nancy le 7 septembre prochain (ainsi qu'à Longwy, Metz, Epinal, Verdun et Bar-le-Duc pour la Lorraine). « Nous devrions être au moins autant que le 24 juin dernier », soit 20 000 personnes selon eux (7 000 selon la police).

Le ras-le-bolest général

Rendez-vous est donné à 14 h, place Dombasle et place Stanislas, pour un départ de cortège aux environs de 14 h 30. « Le défilé est rallongé, fera un détour par la place des Vosges », monde oblige.

Le mot d'ordre commun s'étalera en gros sur une bannière placée en tête : « Retraites : rien n'est joué, imposons nos revendications ». « Nous voulons une autre réforme, une vraie négociation, un projet qui ne remette pas en cause l'âge légal de 60 ans, qui tienne compte de la pénibilité ».

Et de reprendre en coeur : « La réforme imposée par le gouvernement est injuste et inacceptable, génératrice de conséquences graves, notamment pour les femmes et les travailleurs précoces ». Mais au-delà de cette seule revendication, les manifestants pourraient bien venir exprimer un ras-le-bol plus général, poursuivent les responsables syndicaux. « Concernant l'emploi, les questions de salaires ». Sans compter les affaires.

« Le grand public pourrait faire la différence, donner de l'ampleur à cette manifestation », lâche encore Denis Hassler, secrétaire général de la CFDT 54. Marie-Noëlle Fragnière pour l'UNSA et Francis Bourgeois pour la CFE-CGC opinent du chef.

La journée risque d'être perturbée pour les usagers du train, des transports en commun, les parents d'élèves. Un préavis de grève a été déposé à la SNCF (par ses quatre syndicats), à l'Education nationale, chez Connex et dans le milieu hospitalier... « Au delà, les salariés devraient aussi lever le pied dans de grandes entreprises comme la SOVAB, chez Saint-Gobain, les Cristalleries de Baccarat et Ascométal à Custines... ».

Verdict le 7 septembre. « Nous nous réunirons dès le lendemain pour juger de la suite à donner à cette action ». Patrick Feuillatre, secrétaire général FO 54, n'exclut aucune hypothèse.

Ni même la grève générale si le gouvernement s'enferre dans le jusqu'au-boutisme.

Valérie RICHARD