SOCIAL PONT-A-MOUSSON : 55 EMPLOIS MENACES CHEZ PHILIPS ÉCLAIRAGE

Publié le 17/04/2009
Les mauvaises nouvelles s'alignent les unes après les autres. Après Trailor, Kaiser, c'est au tour de Philips d'annoncer un plan social qui concerne 55 salariés des 200 qui travaillent au sein de Special Lighting, implanté à Pont-à-Mousson.
SOCIAL PONT-A-MOUSSON : 55 EMPLOIS MENACES CHEZ PHILIPS ÉCLAIRAGE
SOCIAL PONT-A-MOUSSON : 55 EMPLOIS MENACES CHEZ PHILIPS ÉCLAIRAGE
Les mauvaises nouvelles s'alignent les unes après les autres. Après Trailor, Kaiser, c'est au tour de Philips d'annoncer un plan social qui concerne 55 salariés des 200 qui travaillent au sein de Special Lighting, implanté à Pont-à-Mousson.

Une saignée d’un quart du personnel qui sera faite au comité d’entreprise le 21 avril. Le délégué syndical CFDT et secrétaire du CE, Eric Sirantoine, a été averti, mardi, «lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire », de la mauvaise santé de l’usine lorraine. Les commandes du site lorrain spécialisé dans les lampes infrarouges et lampes halogènes pour l’éclairage des scènes, studios et théâtres chutent depuis deux ans. En 2007, le chiffre d’affaires a affiché une baisse de 2,7 M€ et quasiment autant l’an dernier, pour se stabiliser difficilement à 20 M€.
L’an dernier, pour amortir une baisse de 37 % de la production, la direction de Pont-à-Mousson avait mis en place des mesures de chômage partiel, ainsi qu’en mars dernier. «
Ces mesures ont été lancées alors que nous avions mis au point un plan d’urgence pour améliorer la qualité de nos produits, cela n’a pas suffi », déplore le syndicaliste.
Devant la sombre conjoncture, la direction avait déjà initié, fin 2008, un plan de départs volontaires. «
Quatorze personnes sont concernées, leur départ de la société sera effectif en mai. Pour nous, ils sont à rajouter au plan social actuel », assure Eric Sirantoine. En l’espace de six mois, Philips Pont-à-Mousson se séparera de 69 personnes.
Seule petite lumière la filiale de Special Philips, General Ligthing, située aussi à Pont-à-Mousson, connaît en ce moment un petit regain d’activité avec ses lampes halogènes grand public à éco-consommation. La CFDT espère que celle-ci pourra absorber une petite partie des personnes touchées par le plan social. Les derniers avatars économiques de Philips remontent à 2004, le plan social avait provoqué le départ de 98 salariés sur les 500 que comptait l’entreprise.

M.- O. N.
Publié le 17/04/2009 – France et Monde