8e RA : l'heure de la mobilisation

Publié le 14/09/2012
Traditionnelle fête de la rentrée pour Commercy, pour les militaires et leurs familles, les portes ouvertes du 8e RA ce week-end auront une connotation particulière.
8e RA : l'heure de la mobilisation
8e RA : l'heure de la mobilisation
Traditionnelle fête de la rentrée pour Commercy, pour les militaires et leurs familles, les portes ouvertes du 8e RA ce week-end auront une connotation particulière.

© L'Est Républicain, Vendredi le 14 Septembre 2012 / 24 heures Meuse

 

Les commerçants de Commercy ont déployé des pancartes de protestation, jusque sur le site de la prochaine usine Safran. Ph. D.W

En effet, c'est probablement la dernière édition. Le commandement militaire la présente ainsi dans son communiqué officiel. L'épée de Damoclès menaçant les artilleurs depuis 2008 est tombée pendant l'été : dissolution du régiment prévue juillet 2013.

Commercy s'oppose à ce départ sans compensation car il ne respecte pas les engagements pris, par le président Nicolas Sarkozy, de lier la dissolution à une compensation en terme d'emplois. Après avoir activé ses réseaux, et envoyé des courriers, Bernard Muller, attendant un rendez-vous avec le Ministre de la défense socialiste comme lui, veut envoyer un message par une démonstration de force. Avec les élus du département, à l'exception de Bertrand Pancher solidaire mais retenu à Paris pour la conférence environnementale, il invite samedi la population meusienne à montrer dans la rue sa colère et son opposition au départ des militaires.

Le cortège s'élancera demain 11 h de la place du Fer à cheval de Commercy, juste après le défilé militaire du 8e RA. Avec les syndicats et les commerçants de la ville.

Ayant déployé dans leurs vitrines et aux entrées de la ville des pancartes avec les mots de François Hollande lors du débat présidentiel, l'UCIA a écrit à Arnaud Montebourg pour dénoncer son silence : « Monsieur le Ministre, où étiez-vous quand un chef d'entreprise élu Président de la République a envoyé, un cadre nommé général, pour fermer une usine communément appelée 8eRA ? Où étiez-vous pour vous insurger quand ce même cadre est venu en hélicoptère annoncer la suppression de plus de 717 postes à Commercy ? Où étiez-vous pour demander de clarifier les intentions du Ministre de la Défense comme vous l'aviez fait pour PSA ? » Puis vient la supplique : « Soyez à nos côtés, expliquez à votre homologue de la Défense que l'État ne peut pas donner des leçons aux chefs d'entreprises privées, si lui-même n'applique pas les règles. Ne laissez pas mourir notre territoire ! »

La CGT appelle à la « mobilisation générale » pour la bataille de Commercy et d'Étain. Elle dénonce la méthode du gouvernement, identique à celle du précédent à ses yeux. Elle craint « un effet domino » sur l'emploi, les commerces et les autres services publics comme l'hôpital. S'appuyant sur le projet de Bure, elle estime que « le 8e RA formé NBC est un intervenant possédant les moyens de sécuriser la zone ». Elle s'étonne de la dissolution du 8e RA alors qu'une « commande supplémentaire de 64 canons Ceasar (N.D.L.R. : canon de nouvelle génération) pourrait être incluse dans la loi de programmation 2014-2019. L'artillerie n'est pas obsolète ».

Quant à la CFDT, elle manifestera pour défendre l'emploi. Elle juge « choquante » la manière de « décider unilatéralement depuis Paris ». Elle réclame le même moratoire que celui obtenu jusque-là. Déjà par la mobilisation populaire.

Sébastien GEORGES