Commercy : retraités pleinement actifs

Publié le 23/11/2012
C'est dans un contexte économique et social particulièrement difficile que s'est tenu à Commercy le congrès de l'union territoriale des retraités (UTR) CFDT de la Meuse.
Commercy : retraités pleinement actifs
Commercy : retraités pleinement actifs
C'est dans un contexte économique et social particulièrement difficile que s'est tenu à Commercy le congrès de l'union territoriale des retraités (UTR) CFDT de la Meuse.

© L'Est Républicain, Vendredi le 23 Novembre 2012 / Commercy

 

 

Les retraités CFDT meusiens sont toujours vigilants en ce qui concerne les avancées sociales.

 

Le bureau departemental vigilant

Ce moment privilégié où les délégués, les militants, les adhérents, échangent et débattent de leurs difficultés, conduit à formuler les exigences suivantes. L'amélioration des conditions de vie des retraités (mais aussi des salariés et des chômeurs) est au coeur de l'action, avec un objectif de justice, d'égalité et de solidarité : entre les hommes et les femmes que ce soit au plan professionnel, personnel ou familial. Les inégalités existent en particulier pour les femmes retraitées dont les niveaux de pensions sont très inférieurs à ceux des hommes. L'augmentation du coût des soins, des franchises médicales, l'augmentation des forfaits hospitaliers, les dépassements d'honoraires, les déremboursements de médicaments ne permettent plus aux personnes à faible revenu de se soigner dans des conditions satisfaisantes. Les débats relatifs à la réorganisation et au financement de la sécurité sociale sont engagés. Même si la perte d'autonomie peut frapper toutes les couches de la population, les retraités sont par rapport à ce risque, un peu plus concernés que les autres. L'enquête nationale conduite par la CFDT retraités en 2011 (7.000 réponses au national, 100 pour la Meuse) a permis de mieux cerner les problèmes posés par la perte d'autonomie.

La lutte contre celle-ci doit tout d'abord passer par la prévention en direction des personnes fragilisées. Elle relève de la solidarité nationale, et donc de la solidarité des retraités par un alignement de la CSG. Par ailleurs, la réforme de l'APA (allocation personnalisée d'autonomie) doit contribuer à une réduction significative « du reste à charge » trop important aujourd'hui pour les usagers et leur famille.