Conflit de paternité à Inéos

Publié le 10/06/2010
Il y a quelques jours, FO annonçait la fin d'un conflit social larvé chez Inéos à Verdun. La CFDT, l'autre syndicat, livre son point de vue.
Conflit de paternité à Inéos
Conflit de paternité à Inéos
Il y a quelques jours, FO annonçait la fin d'un conflit social larvé chez Inéos à Verdun. La CFDT, l'autre syndicat, livre son point de vue.

L'Est Républicain, Jeudi le 10 Juin 2010 / 24 heures Meuse

 

« La CFDT entend rétablir la vérité sur le déroulement des négociations au sein d'Inéos. Depuis toujours, la CFDT défend et entend maintenir un dialogue constructif avec la direction. FO a décidé de se positionner en tant que syndicat démagogue et individualiste, car il n'a pas entendu et respecté la culture de l'entreprise.

Dès la première négociation annuelle avec les nouveaux délégués syndicaux sortis représentatifs aux dernières élections, le délégué syndical FO en la personne de Christian Denis a décidé de jouer un bras de fer, en imposant, sans l'accord du délégué syndical CFDT Alain Remetter, un préavis de grève si la demande de 3 % d'augmentation générale n'était pas accordée.

La CFDT a toujours négocié un minimum d'augmentation afin de couvrir le coût de la vie : ce qui a été fait, contrairement aux dires de FO puisque, par exemple,depuis 2007, l'inflation a été de 4,4 % et les augmentations générales négociées de 4,5 %.

Dès la première réunion, FO a claqué la porte suite au refus de la direction et de la CFDT de répondre au chantage.

La CFDT a continué à faire valoir ses demandes initiales : une augmentation minimale pour l'ensemble des salariés pour couvrir l'inflation de 2010, la revalorisation de certaines primes et la pérennisation de certains avantages.

La dernière réunion a été fructueuse puisque la direction a entendu la majorité des demandes de la CFDT. FO n'a fait que suivre le mouvement. La CFDT ne peut donc pas admettre que FO se prévale d'avoir obtenu gain de cause puisque toutes les demandes émanaient de la CFDT.

Alain Remetter, CFDT, appelle donc tous les salariés à être plus critiques et plus sélectifs sur les discours d'un syndicat qui ne respecte ni l'image de notre société, ni la vie privée des salariés, ni les autres partenaires sociaux. FO n'a rien obtenu seul ».

La CFDT, par courrier