Le travail c'est la santé !

Publié le 19/07/2011
Si tous les salariés bénéficient d'une couverture sociale, tous en revanche n'ont pas accès via leur entreprise à une complémentaire santé. Cette sacro-sainte mutuelle qui permet à tout un chacun de bénéficier des soins nécessaires.
Le travail c'est la santé !
Le travail c'est la santé !
Si tous les salariés bénéficient d'une couverture sociale, tous en revanche n'ont pas accès via leur entreprise à une complémentaire santé. Cette sacro-sainte mutuelle qui permet à tout un chacun de bénéficier des soins nécessaires.

© L'Est Républicain, Mardi le 19 Juillet 2011 / 24 heures Meuse

 

Le but de l'accord : permettre à tous les salariés de bénéficier d'une complémentaire santé. Photo Daniel Wambach

Partant de ce constat, la commission paritaire interentreprise meusienne de la Capeb s'est penchée sur le cas des entreprises de moins de 50 salariés. « Au plan national, 13 % des salariés ne bénéficient pas de couverture de santé complémentaire. Un chiffre qui doit être supérieur en Meuse, compte tenu du nombre important de petites et moyennes entreprises, quelque 6.500 », affirme Didier Bertrand, représentant de l'union départementale CFDT. Un syndicat signataire de l'accord en vue de favoriser la mise en place d'un régime de garanties collectives de remboursement des frais médicaux mutualisé au même titre que l'Union professionnelle artisanale (UPA), la CFTC et la CFE-CGC.

Ainsi quatre formules type sont proposées aux chefs d'entreprise par un prestataire recommandé par la commission, à savoir Humanis. « Quatre formules seulement pour éviter que chaque entreprise bricole son contrat, ce qui reviendrait à des contrats personnels, alors que le but est de proposer une mutualisation », poursuit Didier Bertrand.

Quatre formules qui permettront aussi aux chefs d'entreprise de connaître les coûts exacts de la mise en service d'une mutuelle d'entreprise. A charge pour le patron de payer au minimum 30 % des cotisations. En contrepartie, les salariés ne possédant jusque-là pas de complémentaire seront obligés d'adhérer à celle souscrite par leur entreprise. Il existe toutefois des dispenses d'adhésion précises.

« L'intérêt est de favoriser la bonne santé des salariés qui ainsi se sentent bien dans leur entreprise. C'est bénéfique aussi bien pour les salariés que les employeurs », est convaincu Philippe Tournois, le président de la Capeb.

Cet accord signé, reste maintenant aux employeurs et aux salariés à mutualiser leur complémentarité.

K.D.