Logement : après la réunion du conseil d'administration de l'OPH

Publié le 30/06/2010
Défusion entre l'OPH et la SAVTB
Logement : après la réunion du conseil d'administration de l'OPH
Logement : après la réunion du conseil d'administration de l'OPH
Défusion entre l'OPH et la SAVTB
Le conseil d'administration de l'OPH a pris acte : « Les conditions économiques de la fusion ne sont pas réunies ». Il réfléchit maintenant « aux suites à donner ». ENGAGÉE DEPUIS UN AN, la fusion entre l'OPH et la SAVTB, les deux principaux bailleurs sociaux de la Meuse a fait long feu. Lundi soir, lors du conseil d'administration de l'OPH, actionnaire à 51 % de la seconde structure, les dirigeants et élus du conseil général qui y siègent ont décidé de reporter sine die ce projet.« Depuis un an, la fusion était envisagée pour simplifier les choses puisque l'OPH, dont le Département est responsable, était actionnaire de la SAVTB. Mais la MIILOS (Mission interministérielle d'inspection du logement social) a recommandé dans ses conclusions la fusion immédiate ou la reprise de l'indépendance des deux organismes en raison des chevauchements. Or, pour la fusion, il faut prendre 100 % du capital. On a constaté que nous ne pouvons le faire aussi vite que la Mission nous le demande en raison de la déshérence d'une partie de l'actionnariat. Cela prendrait plus de deux ans de procédure pour le réaliser. Le conseil d'administration a donc décidé de rendre leur indépendance aux deux structures », explique Christian Namy, le président du conseil général dont dépend l'OPH. Plus de 10.500 logements sont concernés.Le député Jean-Louis Dumont, président de la SAVTB qui compte un peu moins de 3.000 logements, évoquera le sujet aujourd'hui lors de l'assemblée générale et du conseil de surveillance de son organisme : « Le conseil d'administration de l'OPH a pris acte que les conditions économiques de la fusion n'étaient pas réunies. Nous allons voir les suites à donner ».Le travail de défusion va être lourd car il faut maintenant détricoter une partie de ce qui a déjà été fait. « Cela ne signifie pas que nous renonçons à la fusion. Elle est juste reportée. D'ailleurs, l'OPH continue de reprendre les actions de la SAVTB qui sont sur le marché », précise Christian Namy.Les syndicats n'ont pas tardé à réagir après avoir été prévenus « par un coup de téléphone hier matin au CE de la décision du CA de l'OPH ».. Du côté des salariés, 160 à l'OPH et 47 à la SAVTB, l'inquiétude domine : « Le Département, après avoir été l'un des pionniers en matière de rapprochement des bailleurs sociaux vient de mettre un coup d'arrêt dans le processus de fusion entre l'OPH et la SAVTB. Ces deux entités étant imbriquées depuis dix ans, tant au point de vue humain que matériel, cette décision met en péril plusieurs dizaines d'emplois ».« Dans le cadre du nouveau processus, nous n'avons aucun objectif social et aucune décision n'est prise concernant le personnel », répond Christian Namy qui a confirmé Sylvie Mermet-Grandfille à la direction des deux unités. Les syndicats CGT et CFDT sont cependant décidés à faire entendre leur voix dès ce soir lors de l'AG de la SAVTB à Verdun.Sébastien GEORGES