Réaction - « Consulter, concerter, avant de décider »

Publié le 07/01/2012
Jean-Pierre Boulier, secrétaire général de l'Union locale des retraités de la CFDT réagit suite à la lettre envoyée par Arsène Lux à Nicolas Sarkozy (notre édition du 30 décembre 2011).
Réaction - « Consulter, concerter, avant de décider »
Réaction - « Consulter, concerter, avant de décider »
Jean-Pierre Boulier, secrétaire général de l'Union locale des retraités de la CFDT réagit suite à la lettre envoyée par Arsène Lux à Nicolas Sarkozy (notre édition du 30 décembre 2011).

© L'Est Républicain, Samedi le 07 Janvier 2012 / Ouverture Verdun / Verdun 

Un courrier dans lequel le maire de Verdun donne son avis sur un rapport destiné au président de la République, intitulé : « Commémorer la Grande Guerre (2014-2020) : propositions pour un centenaire international ». Impliqué dans le dossier de la défense des foyers-logements sur Verdun, Jean-Pierre Boulier saisit l'occasion pour rebondir sur le sujet.

« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. C'est la première réflexion qui m'est venue en lisant le courrier de M. le Maire de Verdun à Monsieur le Président de la République, à propos du centenaire de 1914-1918. Sans connaître la méthode retenue concernant cet événement, je ne peux qu'applaudir des deux mains à ce bon principe de la démocratie qui est demandé par M. Lux au président Sarkozy : consulter, concerter, avant de décider », écrit Jean-Pierre Boulier.

« Pourquoi donc cette excellente méthode de travail avec des élus, des organisations représentatives, des associations concernées, les personnes concernées, n'a pas été mise en oeuvre à Verdun pour déterminer l'avenir des personnes âgées en foyer logement à Mon Repos ? », s'interroge le secrétaire général de l'Union locale des retraités de la CFDT.

« Chiche pour plus de concertation partout, et à Verdun en particulier »

« À un mois de l'échéance de la cessation d'activité de « Mon Repos », on n'en sait pas plus qu'au moment de la décision de la mi-octobre... Faut-il admettre un autre adage qui conviendrait mieux au maire de Verdun : « deux poids, deux mesures ». Les élus locaux devraient-ils avoir plus de poids que 14 personnes qui ne demandent qu'une chose : rester là où elles sont ! Il n'est pourtant pas difficile d'y répondre favorablement, sans avoir recours au Président de la République ! », martèle Jean-Pierre Boulier.

« Et puisque nous sommes dans la période des voeux et des bonnes résolutions : chiche pour plus de concertation partout, et à Verdun en particulier. De plus, 2012 est l'année européenne du vieillissement actif, et de la solidarité intergénérationnelle... Que de chances à saisir ! », conclut-il.