« C'est le rapport Bur... à la ligne près »

Publié le 14/05/2011
Les syndicats veulent rencontrer le ministre de la Santé en personne car ils doutent de la possibilité de mise en oeuvre des mesures et même des promesses formulées.
« C'est le rapport Bur... à la ligne près »
« C'est le rapport Bur... à la ligne près »
Les syndicats veulent rencontrer le ministre de la Santé en personne car ils doutent de la possibilité de mise en oeuvre des mesures et même des promesses formulées.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 14 Mai 2011 / FOR & STA

Les trois premières réactions syndicales sont parvenues de FO, de la CFE-CGC et de la CFDT. D'autres suivront très certainement.

Pour la fédération mineurs FO, c'est d'abord la façon de faire du ministère qui a choqué : « Le document a été remis en séance sans possibilité de négocier, cela traduit un mépris et même une dictature antisociale », tonne Emmanuel Magno, secrétaire général au niveau régional. Pour les revalorisations de retraite, le syndicat demande que le calendrier soit avancé. Pour la contrepartie financière au 2.2.b, FO doute de l'efficacité du système et veut le rétablissement réel de l'article supprimé concernant les remboursements de transport sanitaire. « De combien va être l'enveloppe ? On ne le sait pas. D'ailleurs, c'est pareil pour les garanties faites aux personnels du régime en terme d'emploi et de statut. Il n'y a pas de base chiffrée, pas de détails précis sur les dispositions à mettre en place », indique Emmanuel Magno. Même si le secrétaire général avoue que « tout n'est pas négatif » dans ces propositions ministérielles, il martèle que « les choses doivent être mises sur la table et discutées. Nous devons aussi avoir le temps d'en parler avec nos affiliés et les salariés du régime minier ». Symboliquement, la mort annoncée du régime spécial ne passe pas : « FO s'indigne de propositions qui renient l'histoire et les spécificités du régime des mines ». Le syndicat, comme les cinq autres fédérations des mines, demande à être reçu par le ministre Xavier Bertrand... en personne.

« Ça ne marche pas »

Guy Kuhnen, secrétaire général de la fédération nationale CFDT mineurs, est carrément hostile et appelle à « la résistance ». Pour le maintien des 100 % remboursables, il ne croit à la possibilité de sa mise en oeuvre dans le régime général. « Nous avons vu ce que cela donnait avec le transfert de la médecine conseil dans le régime général, ça ne marche pas. Pareil pour les personnels, on dit qu'ils vont être transférés. Mais pour travailler où ? On ne sait pas. Rien n'est dit sur la mobilité, pas un mot sur les mutations, les éloignements. Comment peut-on promettre la garantie de l'emploi si on transfère dans des hôpitaux qui sont déjà déficitaires, qui se séparent déjà de personnel ? », interroge Guy Kuhnen qui exige le gel des préconisations gouvernementales avant la rencontre avec Xavier Bertrand. « C'est le rapport Bur appliqué à la ligne près. Alors que nous avions tous condamné ce texte à sa sortie », conclut le représentant de la CFDT mineurs.

Même son de cloche chez Alain Cuvillier, de la fédération nationale des Etam mines CFE-CGC : « Le rapport Bur, pourtant décrié même par les élus des bassins miniers, a beaucoup pesé : c'est évident ». Le porte-parole de la CGC manie d'ailleurs l'ironie : « Le gouvernement décide 'courageusement' de supprimer le régime minier à l'horizon 2013 et fait beaucoup de promesses. Fait-il avoir confiance ? Nous avons déjà été trahis tant de fois, comme sur la question du 2.2.b. Nous sommes totalement sceptiques. C'est facile pour Xavier Bertrand de promettre alors que 2012 arrive et que, dans quelques mois, tout aura peut-être changé. Quelle crédibilité accorder à des mesures annoncées ainsi à quelques mois d'échéances majeures et, pour tout dire, d'une tempête qui se prépare ».

S. M.