1er Mai : «FAIRE ABSTRACTION DE NOS DIVISIONS»

Publié le 30/04/2009
Les fédérations lorraines annoncent mettre de côté les clivages syndicaux pour un mouvement «très revendicatif».
1er Mai : «FAIRE ABSTRACTION DE NOS DIVISIONS»
1er Mai : «FAIRE ABSTRACTION DE NOS DIVISIONS»
Les fédérations lorraines annoncent mettre de côté les clivages syndicaux pour un mouvement «très revendicatif».

A situation exceptionnelle, 1er mai exceptionnel !» C’est un orfèvre en la matière qui le dit. François Pagano, de la CFE/CGC Lorraine, le reconnaît : «Pour nous, c’est une première. Nous n’avons jamais organisé ou participé à quoi que ce soit le 1er mai. Mais cette année, finis les clivages syndicaux. Il faut faire abstraction de toutes nos divisions, la préoccupation sociale est trop forte. » Et il est très largement suivi dans ce registre.

«Des réponses»
«On sort du 1er mai traditionnel pour continuer le 29 janvier et le 19 mars. Cette fête du travail sera très revendicative. Nous voulons des réponses à la hauteur de ce que subissent les salariés », insiste Dominique Marchal, secrétaire générale de la CFDT mosellane. Et la mobilisation attendue ne pourra, selon elle, n’être comparée qu’à un autre 1er mai et non pas «aux actions massives de ce début d’année
Ce vendredi conservera sa coloration festive pour les militants de la plupart des centrales. Fête du Chiffon rouge de la CGT à Woippy et barbecue de la CFDT. Mais le caractère unitaire du rassemblement devrait «
drainer un autre public, des familles de salariés qui auront ainsi l’occasion de montrer leur solidarité pour tous ceux qui subissent la crise », assure Denis Pesce qui dirige l’équipe de la CGT en Moselle.
La CFTC, habituée à participer aux manifestations des syndicats européens au Luxembourg ou en Allemagne, sera elle aussi au premier rang. «
On est pleinement engagé dans ce 1er mai pas comme les autres. Ce ne sera pas la même population que lors des manifestations de cet hiver, mais les syndicats tiennent à montrer leur unité au gouvernement pour obtenir des réponses aux problèmes des salariés », explique Bernard Culetto président de la CFTC mosellane. Seule FO Moselle fera un peu bande à part. Tout en s’associant au mot d’ordre unitaire, Arlette Peray réunira ses troupes comme à l’habitude devant le siège rue Cambout à Metz. «On souhaitait un 1er mai plus combatif suivi d’un mot d’ordre pour 24 heures de grève franche, pas un appel pour une promenade dans Metz » dit-elle.
Publié le 30/04/2009 – Temps forts