Agents du régime minier : la bataille continue

Publié le 19/10/2010
De nombreux membres des personnels des hôpitaux et maisons de retraite de la Carmi sont venus rappeler, à l'assemblée générale d'Hospitalor, qu'ils tenaient à conserver leur statut d'agents sous convention minière dans le cadre du mariage des deux entités.
Agents du régime minier : la bataille continue
Agents du régime minier : la bataille continue
De nombreux membres des personnels des hôpitaux et maisons de retraite de la Carmi sont venus rappeler, à l'assemblée générale d'Hospitalor, qu'ils tenaient à conserver leur statut d'agents sous convention minière dans le cadre du mariage des deux entités.

Le Républicain Lorrain, Mardi le 19 Octobre 2010 / STA
 

 
Le mariage entre la Carmi (régime des mines) et Hospitalor est effectif depuis vendredi dernier. Une bonne partie des agents de santé sous convention minière reste inquiète et se bat pour conserver les acquis propres à son statut.

Depuis vendredi dernier, le mariage entre la Carmi (régime des mines) et l'association Hospitalor est devenu officiel avec l'entrée de cinq administrateurs du régime minier au comité directeur d'Hospitalor.

Ce rapprochement donne naissance à une structure forte de 4 000 lits (hôpitaux et maisons de retraite) et de plus de 3 500 agents de santé, évoluant essentiellement dans le Bassin houiller. « Cet acte fondateur et d'envergure marque notre volonté de nous projeter dans une nouvelle structure de l'offre de soins au service de tous et de proposer un avenir au personnel », déclarent, dans un communiqué commun, les présidents et directeurs de la Carmi et d'Hospitalor.

Justement, une bonne partie du personnel reste inquiète face à cette fusion. De nombreux agents sous convention minière ont d'ailleurs fait le déplacement jusqu'à Metz, pour s'inviter aux débats de l'assemblée générale d'Hospitalor qui était organisée à la maison de retraite Les Mirabelliers.

« Stop aux transferts d'activités »

Guy Kuhnen, porte-parole de l'intersyndicale CFDT-CFTC-CGC-CGT, a rappelé les revendications de ceux qui veulent conserver les acquis de la convention collective minière : la garantie de l'emploi, l'absence de mesure de mobilité qui ne soit pas consentie par l'agent et surtout, donc, le maintien de la convention minière pour les agents Carmi. Le nouveau conseil d'administration Carmi-Hospitalor s'est engagé à faire respecter ces revendications. L'intersyndicale réclame également que cessent les transferts de services et de personnels de la Carmi vers Hospitalor tant que ce volet social n'est pas finalisé.

« Car, si le mariage entre Carmi et Hospitalor devient effectif, rien n'est acté officiellement concernant l'avenir des statuts des personnels. Aujourd'hui, on nous promet que les agents Carmi vont rester sous convention minière. Mais cela ne reste que des promesses. Notre confiance a des limites. Nous voulons quelque chose d'écrit. Nous nous opposons à tous nouveaux transferts d'activité par crainte, faute d'accord écrit, que les contrats de travail des agents Carmi basculent quand même vers le statut Hospitalor, beaucoup moins avantageux », explique Guy Kuhnen.

C'est là que le désaccord prend tout son sens avec le conseil d'administration d'Hospitalor qui souhaite, lui, intensifier les transferts d'activités, dans le cadre de la réorganisation nécessaire de l'offre de soins dans le Bassin houiller. Ainsi, on parle beaucoup, actuellement, d'un transfert du service de réanimation de Freyming-Merlebach (Carmi) vers Hospitalor Saint-Avold. « On entend aussi qu'Hospitalor Saint-Avold pourrait récupérer l'imagerie médicale ou les soins intensifs en cardiologie. Nous nous y opposerons fermement tant que nous n'aurons donc pas obtenu des certitudes sur l'avenir des statuts du personnel », martèle Guy Kuhnen. L'intersyndicale a prévu de se réunir ce mercredi afin de demander aux personnels de santé de rester vigilants et mobilisés face à toute tentative de contourner la convention minière.

Stéphane Mazzucotelli.