Amiante : l'espoir renaît de ce côté-ci des Alpes

Publié le 15/02/2012
Une délégation de victimes de l'amiante du Bassin houiller était à Turin, lundi, pour assister au procès des dirigeants d'Eternit qui ont été condamnés lourdement.
Amiante : l'espoir renaît de ce côté-ci des Alpes
Amiante : l'espoir renaît de ce côté-ci des Alpes
Une délégation de victimes de l'amiante du Bassin houiller était à Turin, lundi, pour assister au procès des dirigeants d'Eternit qui ont été condamnés lourdement.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 15 Février 2012 / Région /

 

 

Romana Blasotti, qui symbolise le combat des victimes d'Eternit à Casale Monferato, ville martyre de l'amiante en Italie, a reçu une lampe de mineur de la part de la délégation lorraine. Photo DR

Lorsque le jugement est tombé, avec seize ans de prison pour les dirigeants d'Eternit, tout le monde a applaudi, tout en restant digne ». Marie-Louise Thiell, de Théding, près de Forbach, a fait le déplacement jusqu'à Turin avec une délégation de la CFDT mineurs fer et charbon de Lorraine. Lundi, cette femme, qui a perdu son époux, ancien de la cokerie de Marienau, foudroyé par la fibre tueuse, a assisté à ce procès historique qui redonne espoir aux milliers de victimes de l'amiante de ce côté-ci des Alpes.

« L'Etat français devra tenir compte de Turin », lance Marcel Amps, secrétaire général des retraités mineurs CFDT de Moselle.

Marcel Nicolaus, responsable de l'Adeva ME (Association de défense des victimes de l'amiante de Moselle-Est) ne dit pas autre chose : « Les pouvoirs publics traînent des pieds, ne mettent pas assez de moyens pour traiter les dossiers liés au drame de l'amiante et ne font pas assez pression sur le patronat pour qu'il reconnaisse, globalement, la faute inexcusable de certains employeurs . J'ai déjà obtenu la condamnation des exploitants de la plate-forme chimique de Carling à 165 reprises. Mais j'ai encore 200 dossiers individuels en souffrance ». Selon lui, la France accuse un retard dramatique : « Dans les pays nordiques, l'interdiction de l'amiante est intervenue dans les années 70. Chez nous, il a fallu attendre 1996. Pourtant, la dangerosité de la fibre était déjà évoquée au Journal officiel dès les années 50 ». On recense 1 000 retraités du site chimique de Carling, 385 sont reconnus malades de l'amiante. Plus de 40 personnes sont décédées à cause de la fibre maudite.

De retour dans le Bassin houiller, Marie-Louise Thiell va poursuivre son combat, avec associations et syndicats : « Pas pour l'argent. Juste parce qu'on n'a pas le droit de fermer les yeux sur l'enrichissement des uns au détriment de la santé des autres.»

Claude DI GIACOMO et Stéphane MAZZUCOTELLI.