APPROVISIONNEMENT A SARRALBE - INEOS : PAS D'IMPACT A COURT TERME

Publié le 17/07/2009
Dominique Charbonnel, directrice de l'usine Ineos de Sarralbe (260 salariés) a indiqué, hier, que l'explosion du vapocraqueur n°1 «n'a pas d'impact direct à court terme » sur l'activité de l'unité.
APPROVISIONNEMENT A SARRALBE - INEOS : PAS D'IMPACT A COURT TERME
APPROVISIONNEMENT A SARRALBE - INEOS : PAS D'IMPACT A COURT TERME
Dominique Charbonnel, directrice de l'usine Ineos de Sarralbe (260 salariés) a indiqué, hier, que l'explosion du vapocraqueur n°1 «n'a pas d'impact direct à court terme » sur l'activité de l'unité.

Le site pétrochimique de Carling est bien la principale source d’approvisionnement en oléfines (polyéthylène et polypropylène) d’Ineos, mais l’établissement n’a pas forcément besoin du vapo 1. Par le biais du pipeline la reliant à Carling, l’usine de Sarralbe peut recevoir de l’éthylène depuis d’autres complexes, dont celui de Lavera. Actuellement, Ineos tourne à faible rendement en raison «d’un manque de demandes commerciales, notamment pour les résines tubes, a aussi confirmé Dominique Charbonnel. Et pour cet été, c’est assez variable, des programmes en faibles quantités sont prévus. »
Ineos Sarralbe se relève doucement d’une importante restructuration, qui s’était traduite en 2008 par la suppression de deux lignes de production de polypropylène et la réduction de près de 70 postes de travail. En décembre 2008, l’usine a également dû cesser ses activités pendant trois semaines en raison de la crise économique. Les expéditions en polypropylène étaient en baisse depuis août et celles de polyéthylène depuis novembre. Ne tournant qu’à 30 % de ses capacités, une seule production avait été maintenue et aucune mesure de chômage technique n’avait affecté l’usine. Ces derniers mois, la situation s’est plutôt améliorée au niveau de la production des résines lait et les bouchons. Mais elle reste tendue pour les résines tubes. Ce qui pourrait expliquer pourquoi seulement deux des trois lignes de polyéthylène sont en fonctionnement.
En tant que secrétaire du comité d’entreprise et représentant des salariés, Jean-Marc Dahlem a exprimé hier sa «
tristesse vis-à-vis des familles des victimes ». Lui espère que l’accident n’aura pas de répercussions sur l’emploi à Sarralbe : «On ne veut pas qu’il devienne pour Total un prétexte pour nous mettre en difficulté en matière d’approvisionnement. Les relations entre TPF et Ineos s’étant améliorées, nous demandons la consolidation des deux sites, Carling et Sarralbe. L’étude de faisabilité lancée pour la réalisation d’un pipeline européen est une réelle avancée. » Concernant la ligne 2 de polyéthylène actuellement à l’arrêt, le délégué CFDT explique : «On pensait qu’elle allait redémarrer mais on ne le peut pas parce que Carling veut qu’on reste sur le niveau de consommation antérieur à l’accident. »

F.S.
Publié le 17/07/2009 - Région