Arcelor : électricité dans l'air

Publié le 03/03/2012
A chaque prise de parole de Nicolas Sarkozy, et suite au dernier comité central d'entreprise, l'intersyndicale Arcelor répond par une opération coup de poing.
Arcelor : électricité dans l'air
Arcelor : électricité dans l'air
A chaque prise de parole de Nicolas Sarkozy, et suite au dernier comité central d'entreprise, l'intersyndicale Arcelor répond par une opération coup de poing.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 03 Mars 2012 / THI
 
Photos Pierre HECKLER

 

Hier, leur cible était la gare de triage d'Ebange à Florange. L'occupation a duré deux heures.

Ici, transitent des brames de Dunkerque, d'Italie, du Luxembourg, de Creutzwald. Soit une quinzaine de convois par jour. Sans compter les machines qui circulent dans l'entreprise florangeoise. « Mittal enfume Sarko, Sarko nous enfume. Nous, on est venus mettre les anti-brouillards pour voir clair », scandait hier Edouard Martin, de la CFDT. Symboliquement, un salarié s'est mis en travers de la ligne pour stopper le trafic.

Il est 10h. Syndicalistes de tous bords et sympathisants ont quitté les bureaux de l'avenue des Tilleuls pour rejoindre la gare de triage d'Ebange à Florange, près de la cimenterie. Objectif : bloquer au moins vingt-quatre heures les entrées et sorties du site.

Au poste de contrôle, l'ordre est clair : plus rien ne passe. L'acier reste en souffrance du côté de Thionville. Neutralisé, le centre névralgique de Florange est alors pris d'assaut par les médias, qui recueillent là les premières impressions des protagonistes.