ArcelorMittal : les syndicats bloquent les travaux

Publié le 03/11/2011
Toujours inquiets pour l'avenir de la filière liquide à Florange, les syndicats perturbent, depuis hier, des travaux lancés par Mittal pour améliorer la réception de brames extérieures.
ArcelorMittal : les syndicats bloquent les travaux
ArcelorMittal : les syndicats bloquent les travaux
Toujours inquiets pour l'avenir de la filière liquide à Florange, les syndicats perturbent, depuis hier, des travaux lancés par Mittal pour améliorer la réception de brames extérieures.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 03 Novembre 2011 / Région /

 

 
Comment voulez-vous qu'on ait encore confiance ? » Après l'annonce brutale de la fermeture de la filière liquide chaude de Liège par ArcelorMittal, le 12 octobre dernier, la méfiance et l'inquiétude grandissent pour les représentants syndicaux du site sidérurgique de Florange où les hauts fourneaux sont toujours à l'arrêt « provisoire » et les salariés au chômage partiel.

« Pour ce qui est de la marche future des installations, du redémarrage de la filière liquide... La direction ne sait rien ! », s'énerve Frédéric Weber, pour la CFDT. L'industriel mondial vient, pourtant, d'engager d'importants travaux sur ses infrastructures de transports à Florange (aménagement et amélioration des voies ferrées, aiguillages, raccordements...).

Des travaux qui sont « tout sauf un signe rassurant ! », selon les représentants syndicaux (CFDT, CGT et FO) qui ont, hier matin, bloqué pacifiquement le chantier engagé en plusieurs points du site sidérurgique. Le projet, annoncé lors du comité d'entreprise du 25 octobre et mis en oeuvre sur le terrain dès le lendemain, vise, selon les syndicats, à améliorer et augmenter les capacités de réception de brames (masses d'acier pour la fabrication des tôles ou des plaques sur les trains de laminoirs) à destination du train à chaud, pour passer de 140 000 à 200 000 tonnes par mois.

Une première phase de travaux, pour plus d'1,5MEUR, devrait être réalisée d'ici le 15 décembre. À terme, une seconde phase vise au réaménagement complet de la gare d'Éblange.

En ordre... pour fermer

« On a le sentiment que la direction veut mettre le site en ordre de bataille pour fonctionner sans la filière liquide avec un approvisionnement total de brames extérieurs », s'inquiète Frédéric Weber.

« L à, ils sont capables de financer et de prévoir... », ironisent les syndicalistes attachés, eux, au fonctionnement de l'usine intégrée où l'approvisionnement en brames extérieures ne devrait être que ponctuel. Leur message est clair : « Pour pérenniser l'aval de Florange, pour garder et capter la moindre commande, il faut redémarrer les hauts-fourneaux de Patural ! »

Hier après-midi, une brève rencontre informelle avec la direction du site, n'a pas rassuré les représentants des salariés. Bien au contraire. « On est dans l'impasse ». Sans réactions de la direction, l'intersyndicale (CGT, CFDT, FO) a décidé d'empêcher toute reprise des travaux prévus tant que des garanties sur le redémarrage des hauts-fourneaux ne seront pas données.

Dès ce matin, des rondes devaient être organisées par les salariés manifestants pour bloquer les points de chantier stratégiques. Et d'insister, « c'est à la direction de rétablir la confiance ! »

Lucie BOUVAREL.