Arrêt prolongé du P6 : Besson répond

Publié le 16/02/2012
Pour Eric Besson, « l'arrêt prolongé du P6 à Florange n'est que provisoire et la mobilisation autour du projet Ulcos à Florange est totale. »
Arrêt prolongé du P6 : Besson répond
Arrêt prolongé du P6 : Besson répond
Pour Eric Besson, « l'arrêt prolongé du P6 à Florange n'est que provisoire et la mobilisation autour du projet Ulcos à Florange est totale. »

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 16 Février 2012 / Région /

 

 
La direction d'ArcelorMittal France attend le comité central d'entreprise du 23 février pour confirmer l'arrêt prolongé au deuxième trimestre du P6 à Florange, qu'a annoncé mardi la direction du site aux syndicats (lire RL d'hier). Une annonce interprétée par l'intersyndicale CFDT-CGT-CFE/CGC-FO comme « la mort programmée de la filière liquide chaude de Florange. »

Hervé Bourrier PDG de la filiale française du groupe a par ailleurs rencontré, hier matin, les ministres de l'Industrie Eric Besson et du Travail Xavier Bertrand pour « faire le point. » Et le ministre, comme il l'a fait hier après-midi à l'Assemblée nationale en réponse à une question orale du député-maire de Fameck Michel Liebgott, a expliqué « qu'il avait eu la confirmation que tous les efforts de maintenance seraient poursuivis pour permettre le redémarrage des installations lorsque les conditions du marché le permettront. » Et ArcelorMittal France répète, de son côté, ce qu'explique régulièrement le directeur de Florange Thierry Renaudin aux représentants du personnel « qu'il ne s'agit pas d'une fermeture définitive des installations lorraines, mais d'une mise en veille temporaire en attendant le redressement de la demande en acier. » Un discours auquel ne croient plus guère les syndicats de Florange. Ni la sénatrice PS Gisèle Printz qui parle « d'un coup dur » mais qui veut « continuer à croire que la sidérurgie a un avenir dans la vallée de la Fensch. »

Et Ulcos...

La réponse du ministre n'a pas varié non plus sur le destin du projet de captage stockage Ulcos. Pour Hervé Bourrier, que nous avions interrogé à ce propos lors de l'annonce des résultats du groupe (lire RL du 8 février), « l 'arrêt prolongé du P6 n'influençait en rien l'avancement du dossier Ulcos. » Le ministre ne dit pas autre chose en rappelant que « la mobilisation autour d'Ulcos est totale. » Il égrène les chiffres que l'on connaît, à savoir l'enveloppe de 150 MEUR réservée dans les investissements d'avenir pour ce projet. Mais ces réponses laissent là aussi les syndicats sceptiques. Ces derniers ne veulent pas rester les bras ballants face à cette situation et appellent à la mobilisation des salariés, invités aujourd'hui à participer à une assemblée générale à la Passerelle de Florange à partir de 17h.

B. K.