Chômage partiel refusé à FM Logistic

Publié le 22/01/2009
La direction du Travail a partiellement retiré le bénéfice du chômage partiel accordé pour janvier au groupe logistique Faure et Machet
Chômage partiel refusé à FM Logistic
Chômage partiel refusé à FM Logistic
La direction du Travail a partiellement retiré le bénéfice du chômage partiel accordé pour janvier au groupe logistique Faure et Machet

La direction du Travail a partiellement retiré le bénéfice du chômage partiel accordé pour janvier au groupe logistique Faure et Machet (FM Logistic), qui envisage de supprimer 489 emplois d’ici à 2010 à Woippy, a indiqué hier l’avocat des salariés. «La direction du Travail, qui avait accordé en décembre au groupe huit jours de chômage partiel en janvier, est revenue sur sa décision pour six de ces jours, la mesure ayant déjà été exécutée pour les 8 et 9 janvier », a précisé Me Ralph Blindauer, conseil de l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-CFE-CGC.
En décembre, le groupe a annoncé la fermeture de sa plate-forme de Woippy, son principal client, le groupe américain Hewlett-Packard (HP), ayant décidé de délocaliser en Malaisie. «En présentant sa demande à l’administration, FM Logistic avait argué d’une réduction conjoncturelle de son activité en Moselle. En fait, nous sommes dans une situation de fermeture d’établissement pour laquelle le chômage partiel ne peut pas être accordé », a détaillé l’avocat messin.
FM Logistic sous-traite depuis 1993 à HP le conditionnement d’imprimantes laser et à jet d’encre destinées au marché européen sur une plate-forme de 60 000 m2. HP a décidé de délocaliser cette activité, qui représente 100 % du chiffre d’affaires de la plate-forme (40 millions d’euros en 2008), en Malaisie où la main-d'œuvre est beaucoup moins chère. Une délégation de salariés doit être reçue le 4 février au Parlement européen à Strasbourg. «HP fait exactement la même chose en Allemagne où 500 emplois d’un sous-traitant, LGI Logistik, sont également menacés par une délocalisation en Ecosse », a encore dit Me Blindauer, ajoutant que des contacts ont été noués avec les syndicats allemands pour une «action concertée au niveau européen ».

Publié le 22/01/2009