ECONOMIE - Arkema investit aux Etats-Unis

Publié le 17/08/2009
Arkema rachète deux unités d'une société chimique américaine, hissant le groupe français à la 2e place sur le marché américain.
ECONOMIE - Arkema investit aux Etats-Unis
ECONOMIE - Arkema investit aux Etats-Unis
Arkema rachète deux unités d'une société chimique américaine, hissant le groupe français à la 2e place sur le marché américain.

C’était une drôle de journée, hier, pour les dirigeants d’Arkema, premier chimiste français et leader en Europe, implanté notamment à Carling. Le groupe a annoncé, dans un premier temps, des résultats en baisse pour le deuxième trimestre 2009 qui doit conduire l’ancienne filiale de Total à intensifier ses économies et à limiter ses investissements. «Nos chiffres sont en baisse mais s’améliorent par rapport au premier trimestre », explique Marie-Pierre Chevalier, directrice de la business unit d’Arkema. Quelques heures plus tard, les dirigeants faisaient part de la signature d’un accord avec Dow Chemical pour l’achat de certains actifs acryliques (utilisés pour la peinture, les vernis…) et latex acryliques (pour les pneus…) pour un montant de 50 M$ soit environ 35 M€.

La plus grosse acquisition

Cet investissement est le plus gros effectué depuis qu’Arkema s’est séparé de Total en 2004. «C’est une belle opportunité de marché », justifie Mme Chevalier. L’accord intervient pour l’achat du site de monomères acryliques de Clear Lake au Texas dont la production est de 280 000 t par an (déjà implanté aux Etats-Unis, à Bay Port, Arkema produit 60 000 t) et sur des activités latex acryliques réparties sur quatre sites.
Cette dernière acquisition permet au groupe français de créer une activité complémentaire dans les polymères et de renforcer sa position aux Etats-Unis et sur le marché mondial. Présentée comme une opportunité, cette signature a été possible du fait que Dow Chemical, second groupe chimiste mondial derrière BASF, a été sommé par la commission de contrôle de la concurrence américaine (Federal Trade Commission) de se séparer de certains actifs. En effet, la commission craignait une position ultra-dominante de l’entreprise sur le marché américain après de récentes acquisitions. Le choix d’Arkema en tant qu’acheteur doit être approuvé par cette même autorité. Cela devrait se faire au 4e trimestre 2009.

Rien ne change à Carling

A Carling, malgré cette annonce, la situation ne changera pas. Arkema se débarrassera de toute sa filière Mam (méthacrylates de méthyle), 163 suppressions d’emplois sont concernées. La directrice argumente : « Les clients vont être rassurés, d’autres seront peut-être tentés. Avec cet investissement, nous renforçons notre position. Il s’agit de lignes stratégiques. En Moselle, nous développons le matériel, ce qui nous permet d’être leader européen. Ailleurs, nous cherchons de nouveaux marchés et des manières d’étendre notre rayonnement ». A terme, le marché asiatique devrait être la prochaine cible. Les responsables syndicaux ont été reçus, hier après-midi, par Mme Chevalier. «On conforte notre filière acrylique en augmentant notre marge de manœuvre, c’est positif. Mais, nous restons persuadés qu’il y avait des initiatives à prendre à Carling qui auraient permis de maintenir voire de créer des emplois », pense Serge Cossutti, responsable CFDT.

Hugues CHAIGNEAU.
Publié le 04/08/2009 (France et Monde)