Economie - Hambach veut accueillir la Smart électrique

Publié le 08/04/2009
La version électrique de la Smart est déjà dans les starting-blocks. Le président de la Casc et les représentants de Smart ont rencontré les présidents du Conseil régional et du Conseil général lundi. Avec une question : la Smart électrique sera-t-elle construite à Hambach ?
Economie - Hambach veut accueillir la Smart électrique
Economie - Hambach veut accueillir la Smart électrique
La version électrique de la Smart est déjà dans les starting-blocks. Le président de la Casc et les représentants de Smart ont rencontré les présidents du Conseil régional et du Conseil général lundi. Avec une question : la Smart électrique sera-t-elle construite à Hambach ?

 

La version électrique de la Smart est déjà dans les starting-blocks.   Mais sera-t-elle assemblée en Lorraine ?

1) La Smart électrique roule déjà
Des habitants de Hambach ont aperçu dans leur village des Smart électriques à l’essai, avec le volant… à gauche. Qu’on se le dise : la Smart branchée à 220 volts existe déjà. Une centaine est en circulation, à la location, dans les rues de Londres. Le petit et écolo bolide est construit à Hambach, dépourvu de son groupe mono-propulseur classique. Il est équipé du dispositif électrique de l’autre côté de la Manche, dans une entreprise partenaire, Zytek group.
Smart envisage la même expérience outre-Atlantique. Une centaine de Fortwo électriques sera lancée d’ici trois ans aux Etats-Unis. Un pays où le marché est en expansion. 4 900 citadines lorraines classiques ont été vendues au premier trimestre, contre 3 500 l’année dernière.

2) Et en grande série ?
Smart a plus d’un tour dans son sac. Si elle réalise ces tests, ce n’est pas pour rien. Le groupe allemand prévoit de produire un modèle électrique en grande série. Les prévisions ne sont pas encore connues. On entend dire que 10 à 15 % des voitures vendues seront équipés d’une pile. Soit 10 à 15 000 véhicules chaque année.
En grande série donc, d’autant que la marque s’est associée au groupe énergétique allemand RWE pour lancer à Berlin, et dans d’autres villes, un réseau de stations de recharges. 500 dans un premier temps. La future Smart électrique, qui devrait sortir des chaînes de production en 2010 (voire fin 2009) aura une autonomie en ville de 150 km. Le coût de la recharge de la batterie serait d’environ 2 €.

3) Assemblée à Hambach ?
La Smart électrique sera-t-elle assemblée à Hambach ? «Ce serait bien, avance Patrick Hozkowicz, délégué syndical CFDT. Nous avons des atouts, nous avons de la place, dans l’ancien bâtiment du roadster. La version électrique compenserait une baisse des ventes de la version classique, si baisse il devait y avoir. Elle stabiliserait notre production. Et s’il n’y a pas plus de crise, nous produirions plus de véhicules. »
Sauf que rien, absolument rien, n’est décidé aujourd’hui. Les ingénieurs de Smart se penchent sur la question. Ils étudient les coûts et les possibilités. Doit-on assembler totalement la Smart électrique en Lorraine ? Doit-on monter la coque ici et l’envoyer, sans moteur dans une autre usine ? Doit-on construire complètement le véhicule ailleurs ?
Roland Roth et d’autres élus de la Casc ont initié lundi après-midi, à Metz, une rencontre avec Philippe Leroy, président du Conseil général, Jean-Pierre Masseret, président du Conseil régional, et les représentants de Smart. «Nous avons déjà eu plusieurs tours de table, pour élaborer les dispositifs d’accompagnement, si le projet devait se faire », confirme Charles Langguth, directeur des services de la Casc.
Le président de la Région Lorraine estime que «ce projet de voiture électrique s’inscrit parfaitement dans une logique de développement durable et pourrait favoriser l’émergence d’une filière d’avenir en Lorraine.» Région et Département ont assuré les dirigeants de Smart de leur aide financière, et de leur soutien en matière de formation. Hambach a une carte à jouer.

Jonathan Breuer.
Publié le 08/04/2009 (Sarreguemines)