Faurecia prend le contrôle de Plastal

Publié le 18/11/2011
Après avoir repris les activités allemandes et espagnoles du groupe Plastal, l'équipementier automobile Faurecia va prendre le contrôle du site français basé à Hambach.
Faurecia prend le contrôle de Plastal
Faurecia prend le contrôle de Plastal
Après avoir repris les activités allemandes et espagnoles du groupe Plastal, l'équipementier automobile Faurecia va prendre le contrôle du site français basé à Hambach.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 18 Novembre 2011 / SRG /

 

 

L'entreprise Plastal réalise des pièces de carrosseries pour la Smart et des pièces de rechange pour Daimler. Elle compte actuellement 215 salariés. Photo Thierry NICOLAS.

C'était dans l'air depuis un certain temps. Depuis que le groupe Plastal avait été placé en dépôt de bilan en mars 2009. Un administrateur judiciaire avait été nommé en Allemagne, tandis que le site français avait un administrateur ad hoc. L'équipementier automobile Faurecia avait immédiatement jeté son dévolu sur le groupe, reprenant les activités allemandes en février 2010, puis espagnoles en juin. Restait le village gaulois d'Hambach, étonnamment épargné. Mercredi, lors d'une réunion du comité d'entreprise, la reprise du site d'Hambach par Faurecia a été officiellement annoncée. Mais elle se fera en plusieurs étapes.

En ce mois de novembre, un audit doit être réalisé, puis courant décembre, l'accord doit être signé. La reprise effective ne devrait toutefois pas intervenir avant... le 1er avril. Les bâtiments n'appartenant pas à Plastal, Faurecia reprend le fonds de commerce, et tous les contrats de travail, mais ni l'actif, ni le passif. Côté comptes, on efface tout et on recommence.

Plastal Hambach est l'un des partenaires de Smart. L'entreprise réalise pour la Fortwo les pièces de carrosserie plastique, ainsi que des pièces de rechange pour Daimler. L'usine tourne très bien, indépendamment des problèmes du groupe et compte actuellement 215 CDI.

Un repreneur solide, mais quelques craintes

Côté syndical, on est un peu partagé. « Ça fait deux ans et demi que l'on vit au jour le jour », explique Gilles Hemmerling (CFE-CGC). « On a vu défiler des candidats », notamment Magna et Peguform, qui auraient selon le syndicaliste permis « de conserver une entité française un peu à part ». Ce que Gilles Hemmerling juge positif, c'est que l'équipementier, « filiale de Peugeot, a les reins solides. Ça représente quand même 62 000 salariés. » Il évoque aussi une autre nouvelle : « Renault a confié à Faurecia l'habillage plastique du successeur de la Smart. » Une tâche qui pourrait donc revenir à Plastal. Par contre, il a quelques inquiétudes, notamment liées à la réputation de 'nettoyeur' du groupe... « Faurecia a beaucoup de services centralisés, pour la paie, la comptabilité, les achats... Je crains qu'une fois la période réglementaire passée [18 mois, Ndlr], l'entreprise ne décide une mutualisation, et donc d'enlever une partie du personnel à Hambach. »

Didier Getrey (CFDT) quant à lui craint que les avantages qu'ont les salariés de Plastal ne soient, après la période d'observation, dénoncés par Faurecia, qui mettra en place ses propres accords. La direction, étant pour deux jours en Allemagne dans le cadre de cette reprise, n'était pas joignable hier.

Quoi qu'il puisse arriver, pour l'heure, le site hambachois sort enfin d'une impasse de deux ans et demi sous tutelle.

Michel LEVILLAIN.