Florange : l'Etat est prêt à nationaliser

Publié le 29/11/2012
Hollande «a eu une discussion franche et ferme» avec Lakshmi Mittal
Florange : l'Etat est prêt à nationaliser
Florange : l'Etat est prêt à nationaliser
Hollande «a eu une discussion franche et ferme» avec Lakshmi Mittal

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 29 Novembre 2012 / Région /

Le gouvernement a décidé qu'il nationalisera l'ensemble du site de Florange si ArcelorMittal refuse de céder l'intégralité du site sidérurgique d'ici samedi, ont indiqué hier les délégués syndicaux mosellans à l'issue d'une rencontre avec Arnaud Montebourg au ministère du Redressement productif.

« Montebourg nous a assurés que si Mittal ne fait pas marche arrière, la nationalisation se fera », a résumé Walter Broccoli (FO), information confirmée par Philippe Verbeke (CGT). Cette nationalisation temporaire ferait le relais avec l'arrivée formelle d'un repreneur.

Selon Edouard Martin (CFDT), le dossier de reprise est même ficelé dans le détail, y compris pour l'approvisonnement futur du site ou la mobilisation de 1 % d'actions dormantes GdF-Suez pour financer l'opération à hauteur de 450 millions d'euros. Devant les syndicalistes, le ministre a évoqué aussi une intervention du FSI avant la prise de contrôle définitive de ce mystérieux repreneur. L'Etat pourrait être actionnaire de la nouvelle entreprise.

Pour l'instant, Mittal veut fermer les hauts fourneaux et la production d'acier brut (629 salariés), mais entend conserver la transformation de l'acier en produits industriels élaborés.

Selon M. Broccoli, l'éventuel repreneur français dont parle M. Montebourg, intéressé par tout le site, est « assez solide pour nous incorporer dans sa société ». Il s'agit d'un aciériste.