Fonderie Lorraine : recours contesté à l'intérim après du chômage partiel

Publié le 24/04/2009
Après une période de chômage partiel, la Fonderie Lorraine a recours à l'intérim pour... un surcroît d'activité. Les syndicats dénoncent une mauvaise gestion des stocks. Par ailleurs, le projet d'extension est annulé.
Fonderie Lorraine : recours contesté à l'intérim après du chômage partiel
Fonderie Lorraine : recours contesté à l'intérim après du chômage partiel
Après une période de chômage partiel, la Fonderie Lorraine a recours à l'intérim pour... un surcroît d'activité. Les syndicats dénoncent une mauvaise gestion des stocks. Par ailleurs, le projet d'extension est annulé.

C’est l’incompréhension chez les syndicats de Fonderie Lorraine (groupe Honsel). Depuis lundi, 32 intérimaires ont été appelés, la plupart pour faire face à un accroissement temporaire d’activité. Dans le contexte de crise, la nouvelle pourrait paraître bonne. Mais les salariés sortent tout juste d’une période de chômage partiel, du 6 au 17 avril. «Les salariés vont perdre environ 20 % de leur salaire sur la paie de fin mai, suite au chômage partiel. », explique Didier Getrey, secrétaire du CE. Phénomène qui aurait pu être évité en lissant la production et en réduisant le nombre de jours chômés, « au lieu de faire appel à des intérimaires ». Didier Getrey met en avant «une mauvaise gestion des stocks », même s’il reconnaît que les commandes sont en dents de scie. «Les constructeurs font de moins en moins de stocks. La plupart en sont presque à produire en flux tendu. » Du coup, ils commandent au coup par coup. «Il ne faut pas faire n’importe quoi. On doit faire travailler au maximum nos salariés, qui sont formés, ont l’expérience, l’esprit d’entreprise, plutôt que perdre du temps à former des intérimaires. »
Parallèlement, une réunion s’est tenue hier après-midi, en l’absence du directeur, M. Grethler, pour fixer les dates de chômage partiel pour le mois de mai. Réunion qu’a quittée la CFDT. «Nous (la CFDT, ndlr) voulons ouvrir le dialogue sur l’indemnisation du chômage partiel à 75 % », la procédure étant réglementée. Il faut l’accord de la direction du travail, qui sera d’ailleurs présente la semaine prochaine dans l’entreprise. Depuis le début de l’année, l’entreprise a connu 20 jours de chômage partiel.

Projet d’extension annulé

Le groupe Honsel éprouve comme beaucoup d’autres des difficultés. «Des mesures drastiques doivent être prises… », confie le secrétaire du CE. On parle de 500 emplois supprimés en Allemagne. « Il y a 18 mois, nous étions près de 500 avec les intérimaires. Actuellement, nous sommes 284. » En novembre dernier, 25 personnes avaient été licenciées. Une cellule de reclassement avait été mise en place, mais pour l’heure, seuls trois salariés ont retrouvé un emploi.
Autre mauvaise nouvelle, le projet d’extension qui devait permettre à Fonderie Lorraine de développer la boîte 8 vitesses (8 HP) est annulé. Un projet qui était partiellement financé par la Casc (par le biais d’un prêt). Dans un contexte de crise, ce type d’investissement en France semble mal perçu. «Pourtant, on nous dit qu’on fera quand même la 8HP… » Mais il faudra trouver de la place…
Une éclaircie toutefois, les négociations salariales ont abouti, contre toute attente, à une augmentation de 41 €, et quelques avantages, soit 3,5 % de hausse pour un bas salaire. Hier, la direction n’était pas joignable.

Michel Levillain.
Publié le 24/04/2009 (Sarreguemines)