Hélène Benabent referme ses cahiers

Publié le 17/04/2010
Septembre 1971, Hélène Benabent fait sa première rentrée scolaire au collège Jacques Monod en tant que professeur . 39 ans se sont écoulés depuis, la voilà qu'elle referme définitivement ses cahiers , l'heure de la retraite a sonné; tous ses collègues, amis et proches de la famille ont voulu lui rendre hommage pour son brillant parcours .
Hélène Benabent referme ses cahiers
Hélène Benabent referme ses cahiers
Septembre 1971, Hélène Benabent fait sa première rentrée scolaire au collège Jacques Monod en tant que professeur . 39 ans se sont écoulés depuis, la voilà qu'elle referme définitivement ses cahiers , l'heure de la retraite a sonné; tous ses collègues, amis et proches de la famille ont voulu lui rendre hommage pour son brillant parcours .

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 17 Avril 2010 / THI
 
Entourée de ses deux filles, Hélène Benabent a dit adieu à Jacques-Monod et veut profiter de sa retraite pour être auprès de sa famille. Photo RL

A Jacques-Monod à Hayange, elle a enseigné l'histoire-géographie ainsi que les lettres modernes. En arrivant la première fois à son poste, elle n'imaginait pas qu'elle y effectuerait toute sa carrière. Car Le Konacker l'a vu grandir et effectuer sa scolarité normale. Hélène y était arrivée avec ses parents en 1954 en provenance de Suisse, son pays de naissance. A 16 ans, elle s'oriente dans la voie de l'enseignement d'abord en intégrant l'Ecole normale des institutrices avant de poursuivre trois années durant à Strasbourg une formation universitaire afin de devenir professeur des collèges.

Toute sa vie, Hélène Benabent a attaché une grande importance à la justice sociale. Et ce n'est guère une surprise de la voir rejoindre le milieu syndical en adhérent à la SGEN-CFDT. Avec ardeur et efficacité, elle défendra les conditions de travail des enseignants et non-enseignants. Plus tard, elle mène d'autres actions d'envergure, notamment pour la défense des droits de l'homme en Palestine ou le soutien à Solidarnosc. Elle participe aussi activement à Réseau éducation sans frontières. Le monde de la politique la fascine : « J'ai toujours été passionnée par la politique. A 15 ans, j'ai participé à Audun-le-Tiche à un meeting de François Mitterrand lors de la campagne présidentielle de 1965 qui l'opposait au général de Gaulle. Fascinée par le personnage, je savais à cet instant qu'un jour j'adhérerais à un parti ».

Vice-présidente

En 2004, elle fait partie de la liste menée par Jean-Pierre Masseret aux régionales. Elue, elle se voit confier le poste de vice-présidente en charge de la formation professionnelle initiale. Comment envisage-t-elle sa retraite ? « Je crois que je vais consacrer davantage de temps à mes deux filles Johanna et Lysianne et surtout à ma petite-fille Mathilde. Bénévole au sein de la Mgen, je voudrais essayer de promouvoir la formation, cela me paraît être aujourd'hui un passage obligé indispensable pour la réussite des gens. Les loisirs ne me laissent pas indifférente, entre autres les voyages mais j'aimerais aussi participer à un groupe de calligraphie et y apporter des idées. ». Avec près de quarante ans passés à sa passion de l'enseignement, Hélène Benabent a le sentiment du devoir accompli ; un livre bien rempli s'est fermé, gageons que la nouvelle retraitée ne tarde à écrire un nouveau manuscrit. Souhaitons-lui qu'il soit tout aussi riche et rempli de belles choses.