L'activité repart, mais les conditions se dégradent

Publié le 14/06/2011
La CFDT Métallurgie Moselle a tenu son conseil syndical à Sarreguemines. L'occasion de prendre le pouls des entreprises du département.
L'activité repart, mais les conditions se dégradent
L'activité repart, mais les conditions se dégradent
La CFDT Métallurgie Moselle a tenu son conseil syndical à Sarreguemines. L'occasion de prendre le pouls des entreprises du département.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 11 Juin 2011 / Moselle Actualités /

 

Chez Smart, à Hambach, une commande de 5 000 véhicules supplémentaires est arrivée la semaine dernière. Photo archives RL/Thierry NICOLAS

Comme chaque année, c'est à Sarreguemines que la CFDT Métallurgie Moselle a tenu son conseil syndical. 94 syndicalistes représentant 32 entreprises étaient présents, couvrant un territoire allant de Sarrebourg à Yutz et de Metz à Sarreguemines. Avec 2 900 adhérents, la CFDT enregistre une hausse d'effectifs de près de 5 %.

Au menu du jour, les règles qui régissent le CHSCT et « l'obligation de mener des négociations avant la fin de l'année sur la pénibilité et les risques psychosociaux », explique Didier Getrey, secrétaire CFDT Métallurgie Moselle. « Le nombre de salariés baisse et la charge de travail augmente », avec le risque, à terme, de troubles musculo-squelettiques. D'où la nécessité de travailler en amont pour améliorer les conditions de travail. Didier Getrey constate que les entreprises vont mieux. « L'activité est repartie, mais suite aux plans sociaux, les salariés licenciés ont été remplacés par des intérimaires, ce qui favorise la flexibilité, mais aussi la précarité... »

Parmi les délégués présents, ceux de PSA, actuellement au coeur de l'actualité. Du côté de Metz-Borny, qui n'a pas obtenu le projet de boîte double embrayage, on craint pour l'avenir. « Si nous n'avons rien de neuf, on pourrait être le troisième site à fermer », déplore un délégué CFDT. « On nous parle d'une vision à quatre ans. Et après... »

Egalité de traitement

À Trémery, par contre, les choses vont bien. 600 créations d'emploi, un nouveau moteur EB à produire en 2012... Voyants au vert ? Pas si sûr, Robert Goetz évoquant « un manque d'effectifs dans beaucoup d'ateliers et des tensions sociales ».

Le délégué CFDT parle également de « discriminations ». Les salariés sont notés « sur leur polyvalence et leur polycompétence ». Or, lorsque, pour raison médicale, un salarié ne peut travailler que sur un seul poste ou à 80 %, « il est exclu de toute possibilité d'évolution ». La CFDT réclame l'égalité de traitement.

Chez Smart, à Hambach, une commande de 5 000 véhicules supplémentaires est arrivée la semaine dernière. Bonne nouvelle, d'autant que dès juillet, le réseau de vente aux États-Unis devrait repartir. Géré entièrement par Mercedes, il devrait relancer les ventes et assurer en 2012 une activité suffisante. Ce que ne saurait faire, seul, le modèle électrique.

M. L.