L'intersyndicale dénonce le "sacrifice" de l'activité vinylique

Publié le 06/12/2011
Hier après-midi, une vingtaine de membres du personnel Arkema Carling-Saint-Avold a marqué sa solidarité envers les 2 650 collègues de France et de l'étranger directement impactés par la cession du pôle vinylique à l'investisseur suisse Klesch. Solidarité car la production de PVC, soude et chlore ne concerne pas le site naborien mais Fos-sur-Mer et Lavera (Bouches du Rhône), Balan (01) et Saint-Fons (69).
L'intersyndicale dénonce le "sacrifice" de l'activité vinylique
L'intersyndicale dénonce le "sacrifice" de l'activité vinylique
Hier après-midi, une vingtaine de membres du personnel Arkema Carling-Saint-Avold a marqué sa solidarité envers les 2 650 collègues de France et de l'étranger directement impactés par la cession du pôle vinylique à l'investisseur suisse Klesch. Solidarité car la production de PVC, soude et chlore ne concerne pas le site naborien mais Fos-sur-Mer et Lavera (Bouches du Rhône), Balan (01) et Saint-Fons (69).

Le Républicain Lorrain, Mardi le 06 Décembre 2011 / STA /
 

 

 

Chercheurs, fabricants et autres personnels d'Arkema ont manifesté leur solidarité envers leurs collègues impactés par la cession du pôle d'activité vinylique. Le conseiller général Fabrice Boucher était à leurs côtés. Photo Thierry SANCHIIS

 

Au même moment se tenait une réunion du CCE (Comité central d'entreprise) au siège d'Arkema en région parisienne. La présentation du projet « Amarante » (nom donné à la nouvelle entreprise) était initialement prévue le matin mais a été reportée de quelques heures en raison de heurts entre des CRS et certains manifestants (parmi les 700 salariés -30 pour Saint-Avold- qui avaient fait le déplacement jusqu'à Paris).

Vente à zéro euro

La CGT exige le retrait de ce « plan dévastateur d' Arkema ». Selon elle, « la bonne santé financière de l'entreprise ne justifie en rien ce projet ». La FCE CFDT reproche à la direction de « brader » le pôle vinylique. « C'est un tiers de l'activité Arkema qui part », regrette Pascal Papst, responsable syndical CFDT. La direction du groupe vend, non seulement, son activité « pour zéro euro » mais supporte aussi une charge comptable de quelque 470 MEUR . « C'est comme si on vous donnait une Mercedes avec le chauffeur et que l'on vous paye le carburant pour quelques années ! », compare Christian Stocklouser du CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et conditions de travail) à Carling. « Ce coût va forcément être retiré des bénéfices réalisés cette année par le groupe ! ».

Les organisations syndicales CGT, CFDT et FO s'inquiètent également du repreneur « qui n'a aucun passé industriel » et le comparent à « un fossoyeur ».

« Pas d'impact surles statuts sociaux »

Christelle Rogé, responsable des Ressources humaines Arkema Saint-Avold, s'est voulue rassurante. « P arce que la filière vinylique est déficitaire au sein du groupe, Arkema souhaite céder cette activité à Klesch avec un bénéfice attendu de 6 %. » La DRH assure que cette opération n'aura « aucun impact sur les statuts sociaux des employés. Ils garderont l'intégralité de leurs avantages et rémunérations et Gary Klesch a accepté de reprendre tous les accords collectifs qui avaient été déjà signés au niveau d'Arkema ». La CGT se mobilise encore aujourd'hui. En effet, ce mardi 6 décembre, la direction du groupe aborde les NAO (Négociations annuelles obligatoires). Emploi et conditions de travail sont à l'ordre du jour.

O. Bo.