La fusion qui inquiète chez Total

Publié le 31/08/2011
Le groupe pétrolier Total projette une vaste réorganisation de ses activités en rapprochant le raffinage et la pétrochimie, actuellement gérée au sein de branches distinctes.
La fusion qui inquiète chez Total
La fusion qui inquiète chez Total
Le groupe pétrolier Total projette une vaste réorganisation de ses activités en rapprochant le raffinage et la pétrochimie, actuellement gérée au sein de branches distinctes.

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 31 Aout 2011 / Région /
 

 

 

 

Il se traduirait notamment par la séparation des activités de distribution de carburants de la division raffinage, devenant ainsi autonomes. Ce projet mis au jour par les syndicats du groupe n'est pas pour l'instant confirmé par la direction. Néanmoins, si la réorganisation s'opère, elle devrait concerner quelque 10 000 salariés en France. Et concernerait naturellement le site pétrochimique Total Petrochemicals de la plateforme de Carling, en Moselle-Est. Du côté de la CGT, cette réorganisation « répond à une logique industrielle car raffinage et pétrochimie sont intimement liés et nécessitent une politique de développement par l'investissement. » Mais à ce jour, le syndicat veut rester prudent et « ne voit pas dans ce projet la perspective de fermeture précipitée d'un site comme celui de Carling », selon Charles Foulard, coordonnateur du syndicat. La CFDT s'inquiète de ce projet « car ici à Carling, nous sommes directement concernés. » Le syndicat admet la complémentarité des deux activités et le principe de la fusion, à condition toutefois « que Total n'en profite pas pour se débarrasser des secteurs annexes comme la production de polyéthylène et de polystyrène, et que la fusion se fasse au détriment de l'emploi », explique Bernard Montalbano, de la CFDT de la plateforme. Selon les syndicats, le plan de réorganisation pourrait être dévoilé par la direction courant octobre.

B. K.