La rando des métallos

Publié le 29/03/2012
Seize ouvriers d'ArcelorMittal sont partis, hier à pied, de Florange pour une « marche de l'emploi » de 350 km qui les mènera à Paris où ils arriveront le 6 avril, avec l'espoir de sauver les 3.000 emplois du site
La rando des métallos
La rando des métallos
Seize ouvriers d'ArcelorMittal sont partis, hier à pied, de Florange pour une « marche de l'emploi » de 350 km qui les mènera à Paris où ils arriveront le 6 avril, avec l'espoir de sauver les 3.000 emplois du site

© L'Est Républicain, Jeudi le 29 Mars 2012 / Région Lorraine + Vosges Matin + RL

 

Les ouvriers de Florange atteindront la commune de Dugny-sur-Meuse ce soir pour une deuxième étape. Photo MAXPP

Florange. 350 km à parcourir pour rallier la capitale. « Marcher dix jours c'est tellement moins dur que d'être au chômage ! ». Antoine, ancien intérimaire d'ArcelorMittal au chômage depuis juillet dernier est de toutes les actions depuis le début du mouvement des ouvriers de Florange pour obtenir le redémarrage de leurs hauts-fourneaux, placés à l'arrêt « temporaire » depuis de nombreux mois.

Ils se sont lancés hier matin à neuf heures des locaux syndicaux du site, baskets aux pieds et caméras sur les talons. Seize métallos, fiers comme des pans, ont quitté le bleu de travail pour celui du jogging au dos duquel on peut lire « l'acier vivra, marchons ensemble ».

Dans leur paquetage : t-shirts, chaussettes, sacs de couchage, casquettes, parkas, KWays... Grâce au soutien des commerçants de la Vallée de la Fensch, les sidérurgistes sont équipés des pieds à la tête. Michel Franchini, fournisseur de vêtements pour l'armée, basé à Thionville a voulu soutenir celle « belle cause. Je suis un petit patron. Jusqu'ici je voyais les syndicats comme des fauteurs de trouble. Mais là, c'est beau de voir ces gens se battre pour les autres ».

Aller chercher l'adhésion populaire

Présentés comme des « casseurs », le 15 mars dernier par le candidat de l'UMP,, alors qu'ils avaient tenté de manifester devant son QG de campagne parisien, les sidérurgistes et les élus lorrains qui les accompagnaient avaient été empêchés d'approcher du lieu et arrosés de gaz lacrymogène.

C'est une nouvelle marche vers Paris qui débute avec l'objectif « d'aller chercher l'adhésion populaire », explique Édouard Martin, leader CFDT du mouvement. « Chez nous nous fabriquons les meilleurs aciers qui existent, notre site fait du bénéfice et les gens ne le savent pas. On veut leur dire qu'on est tous des ArcelorMittal en puissance », ajoute-t-il.

Une moyenne de 35 km par jour

Les marcheurs effectueront une moyenne de 35 km par jour. Hier matin, ils ont quitté Florange à un rythme très soutenu et sous les applaudissements de la population. Ils devaient atteindre la commune de Landres en fin de journée. Certains maires des communes étapes, ont indiqué qu'ils assureraient le gîte et le couvert.

L'étape de ce jeudi, 38 km au compteur, devait les amener à Belleville-sur-Meuse (55) mais la mairie ayant refusé d'accueillir les métallos, « on s'en fout, on dormira par terre », raille Antoine, c'est finalement à Dugny-sur-Meuse, près de Verdun qu'ils seront accueillis.

Puis ce seront Sainte-Menehould (Marne) vendredi, Fagnière (Marne) samedi, Épernay (Marne) dimanche, Château-Thierry (Aisne) lundi, La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne) mardi, Meaux (Seine-et-Marne) mercredi, et Bobigny (Seine-Saint-Denis) jeudi.

Leur arrivée est prévue le vendredi 6 avril au Trocadéro où un grand concert de soutien sera donné par Zebda et Bernard Lavilliers.

Stéphanie SCHMITT

Retrouvez toutes les étapes de la rando des métallos Lorrains sur le blog du documentariste Tristan Thil : http://lamarchepourlacier.wordpress.com/