La stèle qui dérange

Publié le 17/01/2012
La stèle aux « promesses non-tenues » de Sarkozy a été volée.
La stèle qui dérange
La stèle qui dérange
La stèle aux « promesses non-tenues » de Sarkozy a été volée.

© L'Est Républicain, Mardi le 17 Janvier 2012 / France-Monde

 


 

La stèle volée ne sera remplacée que demain. Photo A. MARCHI

MARDI DERNIER, les sidérurgistes d'ArcelorMittal découvraient avec stupeur que la stèle « aux promesses non-tenues » de Sarkozy avait été volée, arrachée de son socle devant l'usine de Gandrange.

Le 4 février 2009, devant l'entrée principale de l'aciérie, une sono diffusait en boucle le discours prononcé par Nicolas Sarkozy au même endroit un an plus tôt. Les syndicalistes de l'usine y avaient scellé une plaque funéraire à la mémoire des promesses faites par le chef de l'État. « Avec ou sans Mittal, l'État investira dans Gandrange ». Le haut-fourneau de Gandrange crachait sa dernière coulée le 26 mars 2009 à 14 heures, l'usine a fermé ses portes le 31 mars.

Depuis la fermeture de l'usine et la pose de la stèle, le site, dont Mittal est toujours propriétaire est condamné, en proie à l'usure du temps.

La stèle a connu un regain d'intérêt ces derniers mois, devenue un symbole de la désindustrialisation française et de l'anti-sarkozysme en pleine campagne des présidentielles, elle a vu défiler les candidats. Dernière en date, Christine Boutin, dont la gerbe déposée en décembre gisait toujours au pied du socle après le vol. Le candidat du PS François Hollande, avait, lui aussi, prévu d'y faire un tour...

Alors acte de pur vandalisme ou manoeuvre politique symbolique, nul ne le sait encore. Une plainte a été déposée pour vol par la CFDT. Édouard Martin du syndicat confiait que « la stèle ne pourra pas être remplacée avant mercredi (demain, ndlr). Même si la stèle a disparu, on a encore bonne mémoire. Nous ne souffrons pas encore d'Alzheimer. ».

St. S.