Lang-Dosso : confrontation en vue

Publié le 12/07/2011
Qui a jeté l'autre à terre ? Dans l'altercation qui a opposé Pierre Lang à François Dosso, les deux protagonistes se renvoient la responsabilité. Une confrontation est envisagée au commissariat de police de Freyming.
Lang-Dosso : confrontation en vue
Lang-Dosso : confrontation en vue
Qui a jeté l'autre à terre ? Dans l'altercation qui a opposé Pierre Lang à François Dosso, les deux protagonistes se renvoient la responsabilité. Une confrontation est envisagée au commissariat de police de Freyming.

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 12 Juillet 2011 / FOR

C'est toujours le flou. Le lundi 4 juillet, à la salle Vouters à Freyming-Merlebach, une altercation a opposé le député à des militants CFDT. Dans la bousculade Pierre Lang et François Dosso se sont retrouvés au sol. Le parlementaire UMP a porté plainte contre M. Dosso pour 'agression'. (Lire Le Républicain lorrain des 5 et 6 juillet). Le maire de Freyming-Merlebach qui s'est opposé à l'entrée des syndicalistes lors d'une réunion dans le cadre des élections sénatoriales, assure qu'il a été « jeté à terre. Un acte inqualifiable. Les élus n'ont pas à céder à la force. Il est inconcevable qu'on porte la main sur un élu », justifie-t-il.

« Ma part de vérité »

François Dosso, lui, a décidé de ne pas porter plainte. Cependant, le militant de la CFDT, qui ne s'était pas exprimé jusque-là, « pour ne pas influencer les témoins », a décidé de donner « sa part de vérité ». François Dosso maintient qu'il n'a pas agressé Pierre Lang. « C'est lui qui s'est précipité sur moi, m'a saisi par la nuque et jeté à terre. J'avais les deux mains prises par le porte-voix et son micro », commente-t-il. Concernant la plainte déposée, il se montre serein. « Ni moi, ni la CFDT ne sommes inquiets. La vérité ne peut qu'éclater. » Une vérité qui semble cependant bien complexe à faire émerger. La semaine dernière, les officiers du commissariat de Freyming-Merlebach ont auditionné des témoins pour essayer de démêler les responsabilités. Pas évident semble-t-il tant la scène s'est déroulée rapidement et dans la cohue. Du coup, certains témoins ont été à nouveau convoqués au poste de police, hier.

« Des élus dans la délégation »

Et pour tenter de faire la lumière, une confrontation entre les deux protagonistes principaux va être organisée cette semaine. Ensuite, les éléments de l'enquête seront transmis au Parquet qui décidera de poursuivre ou non.

À la CFDT on ne porte pas plainte. Mais on juge toute cette histoire « ridicule et anecdotique » au regard des vrais problèmes. « Ce qui est important c'est la casse du régime minier de sécurité sociale et tout ce que cela entraîne pour les affiliés, pour les personnels. » Mais le syndicat n'hésite pas à fustiger l'attitude de Pierre Lang. « Il ferait mieux de faire son travail. Il met en avant son statut d'élu. Mais la délégation CFDT comprenait des représentants des affiliés et des élus, trois maires, un ancien député maire, des adjoints, des administrateurs, tous aussi légitimes que Pierre Lang », détaille un communiqué.

Bertrand BAUD.