Le CE veut faire suspendre la fermeture par le tribunal

Publié le 02/12/2010
Le comité d'entreprise d'Hospitalor a engagé une procédure en référé à Sarreguemines afin de stopper le projet de fermeture de services. Il dénonce un manque de transparence des procédures concernant l'avenir des personnels.
Le CE veut faire suspendre la fermeture par le tribunal
Le CE veut faire suspendre la fermeture par le tribunal
Le comité d'entreprise d'Hospitalor a engagé une procédure en référé à Sarreguemines afin de stopper le projet de fermeture de services. Il dénonce un manque de transparence des procédures concernant l'avenir des personnels.

Le Républicain Lorrain, Jeudi le 02 Décembre 2010 / STA /

 

Le référé devait être examiné cette semaine. Finalement, il le sera mardi prochain. Ce jour-là, la chambre des référés du tribunal de Sarreguemines évoquera la question du projet de fermetures des services de maternité et pédiatrie d'Hospitalor Saint-Avold. C'est le comité d'entreprise d'Hospitalor qui a décidé d'engager cette procédure. Les syndicats CFDT, CGT et FO ont été d'accord pour transporter le problème de la réorganisation sanitaire du Bassin houiller sur le terrain judiciaire. En toile de fond : l'éternel affrontement entre les organisations représentatives du personnel et la direction générale d'Hospitalor sur les questions de management stratégique.

« Un vague projet »

« Le but de ce référé est de faire suspendre toutes les opérations de fermeture de services. Personne n'est opposé aux restructurations nécessaires pour l'offre de soins dans le Bassin houiller. Par contre, le CE tient à ce que les choses se passent correctement, dans les règles. Or, ici, on voit que la direction est pressée par le temps. Elle semble un peu dépassée par les événements, ne pas savoir trop comment s'y prendre. Alors elle livre au CE un vague projet général de réorganisation. Puis elle procède au cas par cas en proposant, lors d'entretiens individuels, des départs volontaires contre une certaine somme d'argent, sans en informer concrètement le CE. Il y a un manque de transparence. Du coup, on ne peut éviter les pires rumeurs de circuler. Le personnel n'en finit plus d'être inquiet faute de projet clairement exposé et d'une incertitude sans cesse entretenue sur son avenir immédiat », estime Me Petit, l'avocat du CE d'Hospitalor. La direction générale d'Hospitalor est restée injoignable hier mais il semble que l'avocate de l'association s'appuiera sur la tenue de trois réunions avec les membres du CE où un projet général a été présenté afin de contrecarrer ces accusations de manquement de la communication. Rendez-vous mardi au tribunal de Sarreguemines.

Stéphane MAZZUCOTELLI.