Le haut fourneau P6 maintenu à l'arrêt

Publié le 01/09/2010
Le haut fourneau P6 ne redémarrera pas. Les syndicats ne comprennent pas la volonté de la direction d'ArcelorMittal.
Le haut fourneau P6 maintenu à l'arrêt
Le haut fourneau P6 maintenu à l'arrêt
Le haut fourneau P6 ne redémarrera pas. Les syndicats ne comprennent pas la volonté de la direction d'ArcelorMittal.

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 01 Septembre 2010 / Région /
 

Le carnet de commande de septembre est chargé. Pour autant, la direction d'ArcelorMittal Florange décide de maintenir le haut fourneau P6 à l'arrêt, sans aucune information de reprise d'activité. » La CGT ne comprend pas le choix de la direction d'ArcelorMittal. Le haut fourneau P6, dont la réfection doit s'achever d'ici la mi-septembre, ne devrait pas redémarrer. Elle l'a confirmé hier lors du comité d'entreprise. « Surtout, estime la CGT, que le deuxième haut fourneau, le P3, montre des signes de fatigue. » Selon la CFDT, la direction évoque « un manque de visibilité sur la conjoncture sur le dernier trimestre. » Rappelons que le groupe a investi quelque 5 MEUR dans la réfection de cet outil. En attendant, la CFE/CGC rappelle que Mittal a décidé de laisser à l'arrêt trois de ses hauts fourneaux en Europe, un à Dunkerque, un autre à Liège. Pour la CFDT cette décision « aurait surtout pour objectif de faire remonter les prix. »

106 embauches

Pourtant, même si les carnets de commande sont en retrait au troisième trimestre, la demande reste forte, elle est surtout tirée par l'industrie automobile allemande. La CGT craint que « ArcelorMittal perde des marchés en jouant la hausse des prix, car les concurrents tournent à plein. » Compte-tenu de la marche avec un haut fourneau, 50 contrats intérimaires ne seront pas renouvelés. « Au moins, on n'aura pas de chômage partiel», remarque encore la CFDT. Mais 2010 a été marquée par un redémarrage des embauches à Florange, 106 à ce jour, dont 83 Etam et 23 ingénieurs et cadres. De nouveaux recrutements sont en discussion.

Enfin, bonne nouvelle pour le projet captage-stockage d'Ulcos. Une équipe projet dédiée est mise en place sur le site sidérurgique. Elle est composée de cinq salariés en interne et 14 en externe. Selon la CFE/CGC les études démarrées en 2009, devraient se terminer fin 2011 avec le dossier d'investissement. Le coût total de ces études est de 10 MEUR dont 2 déjà engagés. Restera l'étape suivante, la plus importante celle du lancement du projet sur le P6. Il est conditionné par le montant des subventions qui seront accordées par les pouvoirs publics, l'Union européenne, la Région Lorraine etc. En dehors d'Ulcos Florange bénéficiera dans les cinq prochaines années d'un plan d'investissement ambitieux de l'ordre de 30 à 50 MEUR par an.

B. K.