Le jeu de la direction

Publié le 13/03/2012
« Je suis intérimaire depuis 18 mois au train à chaud. Et d'ici un mois je ne sais pas si mon contrat sera reconduit ou si je serai au chômage. J'ai tout intérêt à continuer dans cette dynamique d'actions sociales. »
Le jeu de la direction
Le jeu de la direction
« Je suis intérimaire depuis 18 mois au train à chaud. Et d'ici un mois je ne sais pas si mon contrat sera reconduit ou si je serai au chômage. J'ai tout intérêt à continuer dans cette dynamique d'actions sociales. »

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 13 Mars 2012 / THI /

 

 

Alain Carlotti. Photo Pierre HECKLER

 

 

« T'as vu le tract de la CGC-CFE ? » Surprise devant la salle de La Passerelle avant l'assemblée générale des syndicats, où les militants CFDT, CGT, FO se transmettaient les informations. « C'est des jaunes ! » tranche un ouvrier. « Ils font le jeu de la direction. »

A l'intérieur de la salle, un peu plus tard, Edouard Martin s'emporte : « C'est la première fois que je vois une organisation syndicale organiser une contre-manifestation contre les syndicats qui se battent pour défendre des emplois ! »

Le nom n'est pas lancé en pâture, mais chacun a compris que l'intersyndicale compte trois membres et non plus quatre.

Des Belges...

Des appels secrets fusent au sein du groupe d'ArcelorMittal. Edouard Martin est très inquiet : « Le gouvernement belge et les syndicats belges font du lobbying pour obtenir, en compensation de la fermeture du haut-fourneau de Liège, qu'on leur donne le carnet de commandes du packaging. C'est 800 000 t ! ArcelorMittal nous monte les uns contre les autres, les sites les uns contre les autres ! »

... et Luxem-bourgeois

Du député Michel Liebgott : « La semaine prochaine je vois le ministre du Travail luxembourgeois. Les Luxembourgeois eux-mêmes sont inquiets. Si l'on reste entre nous, ça ne passera pas. »