Le rouge affirme sa couleur

Publié le 24/03/2012
De jeunes syndicalistes ont créé hier leur section sous la bannière CGT. Boosté par la démonstration de forcede leurs camarades de Fos-sur-Mer, jeudi, le groupe mise sur l'événementiel pour rallier la population à sa cause.
Le rouge affirme sa couleur
Le rouge affirme sa couleur
De jeunes syndicalistes ont créé hier leur section sous la bannière CGT. Boosté par la démonstration de forcede leurs camarades de Fos-sur-Mer, jeudi, le groupe mise sur l'événementiel pour rallier la population à sa cause.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 24 Mars 2012 / THI
  
Lionel Burriello, porte-parole (deuxième en partant de la droite), l'a promis. Dans les prochaines semaines, « les murs vont parler ! » Photo Philippe NEU 

Depuis le début du bras de fer avec sa direction, la grande famille de l'intersyndicale d'ArcelorMittal Florange a annoncé la couleur. « Devenir le cauchemar de ce gouvernement. » La fratrie se serre alors les coudes, jour après jour, pour défendre ses emplois, son usine, occupant largement la scène médiatique avec ses touches d'orange, de rouge et de bleu. Une unité multicolore qui a vu, au fil du temps, quelques individualités et courants ébréchés la cohésion des frères d'armes. L'indépendance revendiquée des cols blancs, le leadership d'Edouard Martin (CFDT) et les quelques frictions entre ses hommes et les cégétistes, jeudi, lors de la journée d'action de la CGT sidérurgie à Florange, en sont un exemple. Sans toutefois aucune intention fratricide avouée. La grande famille de l'intersyndicale, c'est aussi le renouveau, la relève. Voilà justement une vingtaine de jeunes, tout frais, prêts à s'illustrer dans le mouvement de lutte. Dans la lignée de la CGT, ceux-là ont décidé de faire valoir leur spécificité. Le groupe vient de tenir, hier, sa toute première assemblée.

« Afficher, se montrer »

Lionel Burriello en est devenu le porte-parole. Autour de la table des discussions, tous s'accordent déjà sur une chose. « Les gars de Fos-sur-Mer, présents jeudi comme la délégation de Dunkerque notamment, ont impressionné ! Lors des prochaines manifestations, le but, ce sera de faire comme eux ». Suivre leur exemple, avec un corps bien constitué, équipé. « Afficher, se montrer. Il n'y a rien de plus important. » Le jour J, les chasubles et les coupe-vent devront être prêts, les sifflets en poche. Avec un logo bien identifiable. « Pour faire passer la parole jeune CGT. »

Côté logistique et événement, Lionel Burriello et sa bande pourront compter sur le groupe lorrain RIC, solidaire et sensibilisé à leur cause. Tout comme Tony Nephtali, chanteur mosellan, lequel a accepté de réaliser un clip pour le collectif.

En attendant le concert parisien sur le Champs de Mars à Paris en avril, auquel pourraient prendre part Noah, Zebda et Lavilliers, deux rendez-vous feront date. Le 5 avril à Serémange, avec RF36 et l'ensemble du collectif jeunes CGT - et pourquoi pas CFDT -. Et le mardi 1er mai, jour de fête du Travail, probablement à Hayange, berceau du fer. Aux côtés de RIC, tous rêvent déjà d'une tête d'affiche, Manu Chao pourquoi pas ! Mais les sollicitations sont nombreuses, leur a-t-on expliqué hier. Le compte à rebours est lancé. Les organisateurs ont maintenant un mois pour élaborer le programme de ces festivités. D'ici là, la facture de téléphone promet d'être salée... A moins que, oui, cela a été acté en réunion, les briscards de la cégét' leur ont garanti la mise à disposition d'un portable. Toutes les troupes sont en ligne.

Emmanuel CORREIA