Les Mittal toujours à bloc

Publié le 18/10/2012
Les militants de la CGT continuent les actions coups de poing. Hier, ils ont bloqué le train à chaud. La discussion reste ouverte avec les salariés mais les pressions de la direction s'intensifient.
Les Mittal toujours à bloc
Les Mittal toujours à bloc
Les militants de la CGT continuent les actions coups de poing. Hier, ils ont bloqué le train à chaud. La discussion reste ouverte avec les salariés mais les pressions de la direction s'intensifient.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 18 Octobre 2012 / THI /

 

 

Photo Philippe Neu

 

« Ça sera de plus en plus tendu à chaque action. Les copains sont prévenus, il va falloir être costauds et solidaires. » Quinze jours après l'annonce de la fermeture des hauts-fourneaux par Mittal, ni la résignation d'une partie des salariés, ni les pressions d'une direction renouvelée ne démobilisent les militants CGT.

Hier matin, suivant un scénario désormais bien rodé, une vingtaine de syndicalistes a pris le contrôle du train à chaud, jusqu'au soir. Une nouvelle action de blocage ciblée et coûteuse pour l'industriel. « Le seul moyen qu'il nous reste pour exiger un changement d'attitude de Mittal. Faire comprendre que nous nous battrons jusqu'au bout pour garder le site dans son intégralité », rappellent les militants.

Mais face aux drapeaux rouges à nouveaux déployés dans l'usine, comme face à la presse venue rendre compte du mouvement, les réactions de l'encadrement sont de plus en plus crispées. Les discussions rudes. Beaucoup plus cordiales, au final, entre syndicalistes et salariés même si pour beaucoup reste la crainte « de se tirer une balle dans le pied ».

« Aujourd'hui c'est nous... Demain ce sera vous », clament encore les militants. Après des jours d'angoisse confirmée pour les salariés des hauts-fourneaux - faute d'un repreneur d'ici le 30 novembre, un plan social sera mis en oeuvre - « dès l'année prochaine on sera là aussi à se battre pour les copains du packaging », s'inquiète Jean Mangin. Le discours semble entendu.

« On ne vous demande même pas de faire grève, on vous demande un soutien... »

Un ultime appel à renforcer l'intersyndicale (CGT-CFDT-FO) réunie aujourd'hui pour une action commune soutenue par Bernard Lavilliers. Le chanteur, et les salariés, sont attendus vers 16 h, au portail Sainte-Agathe du site florangeois.

Lucie BOUVAREL.