Les syndicats au chevet de l'offre de soins

Publié le 30/11/2012 (mis à jour le 01/12/2012)
L'intersyndicale des établissements hospitaliers assure que le Plateau technique unique est la seule solution pour conserver une offre de soins de qualité et de proximité dans le Bassin houiller.
Les syndicats au chevet de l'offre de soins
Les syndicats au chevet de l'offre de soins
L'intersyndicale des établissements hospitaliers assure que le Plateau technique unique est la seule solution pour conserver une offre de soins de qualité et de proximité dans le Bassin houiller.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 30 Novembre 2012 / FOR + SRG & STA 1/12/12

 

 

300 personnes ont assisté à la réunion publique. Photo Philippe RIEDINGER.

Plus de 300 personnes ont assisté, hier soir, à la réunion publique organisée par l'intersyndicale des établissements hospitaliers (CFDT, CFE-CGC, CFTC, FO, CGT, Sud) a salle des fêtes de Forbach. Un chiffre, bien au-delà des espérances des responsables syndicaux, qui traduit le désarroi des personnels, mais aussi l'inquiétude de la population face au démantèlement programmé de l'offre des soins sur le Bassin houiller.
«Un désert médical»

« Il y a de véritables préoccupations concernant l'avenir de l'offre de soins », indique Bernadette Hilpert, en ouvrant la réunion. « Et ce soir, nous sommes là pour vous informer, mais aussi pour se mobiliser », poursuit la porte-parole de l'intersyndicale.

Dans un court historique, la syndicaliste rappelle que cela fait une décennie que les autorités évoquent la restructuration hospitalière. Avec un constat cinglant : « Nous avons été manipulés ». Profitant des « divisions syndicales, politiques et entre établissements hospitaliers, nous avons assisté à une détérioration de l'offre de soins. »

Au nom de l'intersyndicale, Bernadette Hilpert exprime sa colère. « On nous a demandé des efforts, on les a faits. Et ? Et tout s'est délité, et les déficits se sont creusés. » Seule lueur d'espoir : la réalisation d'un Plateau technique unique, agité devant élus, syndicalistes et communautés hospitalières comme le remède à tous les maux dont souffrirait le Bassin houiller. « Jusqu'à ce qu'en septembre 2012, l'Agence régionale de la santé nous indique que le projet de PTU était abandonné. » Un projet mort-né.

« Depuis, on nous parle d'un autre projet dont on a peine à cerner les contours », s'inquiète la Cégétiste. Qui dénonce les volontés de rapprochement entre Forbach et Sarreguemines ou le miroir de la coopération transfrontalière.

« Pour nous c'est clair, il n'y a pas d'autres solutions que le PTU. Nous exigeons de rouvrir la table des négociations et une nécessaire concertation. C'est la mission de l'intersyndicale que de défendre les intérêts de la population et les personnels hospitaliers. »

Suite à son intervention, des représentants de chaque syndicat ont pris la parole pour (re) dire à peu près la même chose et appeler à une mobilisation forte. « Sinon, c'est à un désert médical entre Sarreguemines et Metz qu'on nous prépare. »

Bertrand BAUD.