Lorraine : les syndicats haussent le ton

Publié le 16/10/2010
Mise en bouche avant les manifs de cet après-midi, les syndicalistes ont « muré » le Medef, hier à Metz, applaudis par les lycéens.
Lorraine : les syndicats haussent le ton
Lorraine : les syndicats haussent le ton
Mise en bouche avant les manifs de cet après-midi, les syndicalistes ont « muré » le Medef, hier à Metz, applaudis par les lycéens.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 16 Octobre 2010 / Région /

 

Le siège du patronat mosellan, une cible symbolique pour l'intersyndicale. Photo Karim SIARI

Vingt-deux parpaings selon la police et les manifestants, pas un de plus, ont mobilisé au moins autant de policiers hier matin à Metz, quelques quarts d'heure durant. Vingt-deux parpaings hautement symboliques, qui ont « muré » l'ascenseur du siège du patronat mosellan, place Mazelle. L'intersyndicale au grand complet a trouvé ce moyen pour entretenir l'animation à la veille de la nouvelle manifestation qui, cet après-midi, doit réunir les opposants à la réforme des retraites telle que la conçoit le gouvernement.

« Ce n'est qu'une action parmi d'autres pour montrer qu'au contraire de ce qu'affirment les ministres, la mobilisation n'a pas faibli », explique un responsable syndical. Qui cite, à l'appui de son affirmation, les assemblées générales et les débrayages à la SNCF, dans les services sociaux, aux impôts... et, promet-il, dès la semaine prochaine dans d'autres services publics, en particulier à la Poste.

« Quand t'auras 70 ans... »

Comme un écho au discours syndical, tandis que les cheminots actionnent leurs (insupportables) sirènes sous les fenêtres de la CGPME, s'élève la clameur de quelque huit cents lycéens surgis de nulle part, sous la discrète surveillance d'un service d'ordre comme seule la CGT sait encore l'organiser. Brève et joyeuse rencontre rythmée par l'inusable « Tous ensemble, tous ensemble, tous ! » qui, ces temps-ci, devient un tube.

En Lorraine comme ailleurs, la stratégie syndicale est claire. Il s'agit de maintenir la tension, de ne pas laisser le mouvement s'essouffler, à défaut de réellement percer dans le secteur privé. Là, seuls quelques secteurs sont entrés dans la danse : des poids lourds, comme la pétrochimie ou la sidérurgie.

Mais, alors qu'un militant commente la mobilisation imminente des routiers, voilà que justement un livreur vosgien tente de forcer le barrage filtrant installé devant la maison des Entreprises. Il faudra que les policiers calment le jeu avant que l'imprudent puisse reprendre son chemin, sous les quolibets. « T'iras livrer quand t'auras 70 ans ! »... Le « tous ensemble » n'est pas encore assimilé par tout le monde.

En tout cas, le front syndical (CGT, CFDT, Unsa, CFTC, Solidaires, FSU, CFE-CGC et Force ouvrière) compte bien réunir cet après-midi, et encore mardi prochain, les mêmes foules que lors des manifestations précédentes. Voire plus si affinités... Contrairement au samedi 2 octobre, la plupart des rassemblements en Lorraine sont prévus dans l'après-midi, à 14 h 30 à Metz (place de la Gare), Thionville (sous-préfecture), Sarreguemines (place de la Gare), Sarrebourg (mairie), Nancy (place Dombasle), Longwy (place Darche), Epinal et Bar-le-Duc. Seules les manifs prévues à Toul, Verdun et Commercy se dérouleront dans la matinée.

Bernard MAILLARD.