Manifestation à Metz :« On ne lâchera pas ! »

Publié le 03/10/2011
C'est sur, on lach'ra pas, ont scandé les anciens mineurs creutzwaldois à la manifestation pour défendre leur régime minier.
Manifestation à Metz :« On ne lâchera pas ! »
Manifestation à Metz :« On ne lâchera pas ! »
C'est sur, on lach'ra pas, ont scandé les anciens mineurs creutzwaldois à la manifestation pour défendre leur régime minier.

© Le Républicain Lorrain, Dimanche le 02 Octobre 2011 / STA /

 

 
 Ce slogan a retenti dans les rues de Metz lors de la manifestation organisée par les centrales syndicales minières CFDT et CGT. Pourquoi cette manifestation ? « Mais pour défendre notre système de santé, le régime minier » clament les anciens mineurs du charbon, du fer, de la potasse et le personnel des Carmi. Jeudi en début d'après-midi, de tous les bassins miniers, des bus ont convergé vers Metz. A Creutzwald, les anciennes gueules noires s'étaient donné rendez-vous place du Marché où deux bus les attendaient pour prendre la direction de la préfecture de la Moselle. Ambiance de rentrée des classes avant de monter dans les bus. Les anciens mineurs étaient surtout contents de se retrouver. Certains ne s'étaient pas revus depuis la fermeture du puits ou de leurs ateliers. Dans les bus, les commentaires allaient bon train sur le passé. Au bout de quelques kilomètres, l'actualité a vite repris ses droits avec les menaces qui pèsent sur le régime minier si durement acquis. La cause de toute cette agitation « Les décrets publiés ces derniers mois et surtout celui du 30 août qui signe la fin du régime minier de sécurité social et de fait la fin des droits spécifiques de la corporation minière, droit résultant des efforts consentis par les mineurs pour la nation » explique Luc Meichelbeck, secrétaire général de la CFDT. A Metz, ils ont bien sûr donné de la voix pour appuyer la délégation reçue par la préfecture. Mais, avant la dissolution de la manifestation, qui s'est déroulée dans le calme, les anciens mineurs, le personnel des Carmi, sur qui pèsent les suppressions d'emplois du fait du transfert du régime minier à la sécurité social, ont promis de ne rien lâcher. Pour appuyer leurs revendications, en préparation, des actions spécifiques dont les mineurs ont le secret.