Offre de soins : nouvelle donne à Saint-Avold

Publié le 28/02/2012
Hospitalor et la clinique Saint-Nabor travaillent à un projet commun sur Saint-Avold. Une nouvelle donne dans la réorganisation de l'offre de soins.
Offre de soins : nouvelle donne à Saint-Avold
Offre de soins : nouvelle donne à Saint-Avold
Hospitalor et la clinique Saint-Nabor travaillent à un projet commun sur Saint-Avold. Une nouvelle donne dans la réorganisation de l'offre de soins.

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 28 Février 2012 / Région /

 

 

Romuald Checinski, directeurde la clinique Saint-Nabor. Photo Thierry SANCHIS

Longtemps envisagé mais jamais concrétisé, le projet de rapprochement entre Hospitalor (dont l'association SOS est désormais le partenaire majoritaire) et la clinique privée Saint-Nabor vient d'être entamé, à Saint-Avold. « Nous avons des valeurs communes, indique Pascal Olejniczak, directeur général d'Hospitalor. Ainsi que des services complémentaires. » En s'adossant, les deux entités espèrent voir le taux de fuite des patients vers les hôpitaux de Metz ou ceux de Moselle-Est se réduire.

Cette nouvelle vient quelque peu bousculer le projet intermédiaire de réorganisation de l'offre de soins du Bassin houiller, entamé il y a plusieurs mois. « Nous poursuivons cette réorganisation avec Unisanté, notamment, confirme Pascal Olejniczak. Nous voulons cependant aller plus loin et créer, à Saint-Avold, un pôle de santé compétent. »

Projet à 23 MEUR

De son côté, la clinique Saint-Nabor y trouve son compte. « Nous avons besoin d'un appui médical en amont et en aval de nos services, explique Romuald Checinski, directeur de la clinique Saint-Nabor. Nous pourrions, également, utiliser les équipements de l'hôpital. »

Ce rapprochement nécessite le déplacement de la clinique et sa construction sur le site d'Hospitalor Saint-Avold qui dispose de terrains disponibles. « Le projet est évalué à 23 millions d'euros, commente Romuald Checinski. Nous espérons obtenir une subvention à hauteur de 50 % de la part de l'État. » Mais pour le moment, rien n'est engagé. L'Agence régionale de santé (ARS) n'a pas encore donné son accord. Les syndicats, eux, prévenus hier après-midi, sont ravis. « C'est une excellente chose pour Saint-Avold, précise Ourida Louma (CFDT). Les patients n'en seront que mieux pris en charge, à côté de chez eux. »

Dernier point positif à l'affaire, le maintien des statuts de chaque entité. « Nous parlons d'un adossement, pas d'une fusion, complète Pascal Olejniczak. Chacun reste ce qu'il est. Mais chacun enrichit l'autre de son expérience et de son savoir-faire. »

Contactée, l'ARS ne souhaite pas répondre à nos questions pour le moment.

Emilie PERROT.